Réouverture des commerces le 27 novembre : "Décaler le Black Friday est un faux débat"

Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du Commerce, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 19 novembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Devant un café fermé pour cause de confinement, portant le nom de Corona, à Paris le 4 novembre 2020 (JOEL SAGET - AFP)

Tous les commerces pourront-ils rouvrir fin novembre ? Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du Commerce, fait tout pour que ce soit le cas.

 

"Le vrai débat est pouvons-nous ouvrir le 27 novembre ?"

L’Alliance du Commerce réunit environ 80.000 magasins et commerces , 450 enseignes et 800.000 salariés. "Sur ce volume, certains sont autorisés à ouvrir, précise Yohann Petiot. Ceux qui font de l’alimentation spécialisée pour les fêtes, l’informatique… Mais la très grande majorité sont contraints à la fermeture." Peut-on décaler le Black Friday ? "Je ne sais pas si c’est une bonne idée, mais c’est pour nous un faux débat. Le vrai débat est « pouvons-nous ouvrir le 27 novembre ? » la seule question que se posent tous les commerçants de France."

"C’est pour nous justifié sur le plan sanitaire, précise-t-il. Cela permettra d’accueillir moins de monde dans les magasins, sur quatre week-ends au lieu de trois, de moins concentrer les clients. C’est aussi utile sur le plan économique. Ouvrir le 1er décembre n’a aucun intérêt. Gagner quelques jours permettra aux commerçants de sauver la fin de leur mois de novembre."

 

"Compliqué pour les commerçants comme pour leurs salariés"

Que faire du Black Friday ? "C’est organisé par certains commerçants, mais ne les touche pas tous, souligne le directeur général de l’Alliance du Commerce. Si la condition pour ouvrir le 27 novembre est de le décaler, il faut que nous y réfléchissions sérieusement. Encore faut-il une garantie de Bruno Le Maire comme quoi nous allons ouvrir le 27. Aujourd’hui, nous n’en avons pas."

Autre priorité : se donner les moyens de réussir cette réouverture. "Vendredi seront mis au point les protocoles sanitaires, détaille Yohann Petiot. Nous en saurons plus sur les règles devant être appliquées. Si nous les connaissons en fin de semaine, elles pourront être mises en place sans aucun problème." Pour autant, "chaque jour, nous avons la sensation que le gouvernent fait un pas en avant, un en arrière. C’est très compliqué pour les commerçants comme pour leurs salariés. Il faut que l’on puisse les informer. Nous pouvons êtres prêts, il faut maintenant que le gouvernement décide."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !