single.php

Les Français boudent-ils le champagne ?

Par Jean Baptiste Giraud

Entre hausse des prix et concurrence d'autres mousseux, les ventes de champagne baissent dans la grande distribution.

champagne
Les ventes de champagne en berne.

Et vous, allez-vous en acheter pour les fêtes de fin d’années ? Les ventes de champagne s’effondrent de 20% dans la grande distribution. Une filière qui ne représente toutefois que 25 à 30% des ventes en France.

Une concurrence farouche

Comment expliquer cette baisse des ventes ? "C’est relativement simple, explique David Cobblod, co-fondateur de l’Académie des Vins et Spiritueux. D’abord un effet de ciseau : le pouvoir d’achat des Français a baissé, tandis que le prix du champagne a augmenté."

À cela s’ajoute "la concurrence tout-à-fait normale d’autres mousseux. Crémant d’Alsace, de Loire… Il existe six mousseux en France, auxquels il faut rajouter la Cava espagnole et surtout le Prosecco italien. Ils sont nettement moins chers. Et dans le cas des meilleurs crémants, pas nécessairement moins bons."

 

Des grandes marques qui s'exportent

"Le prix du champagne dépend de la demande mais aussi des coûts de production, rappelle David Cobblod, co-fondateur de l’Académie des Vins et Spiritueux. Ces oscillations de demande et d’offre sont ponctuelles, cycliques. Je travaillais dans le champagne dans les années 1980 -1990. Il y avait aussi une forte baisse, liée à une crise économique globale."

Le champagne s’exporte-il toujours bien ? "Si j’étais producteur en champagne, je ne serais pas inquiet sur le moyen et le long terme. Pour les grandes marques, 70 à 90% des ventes se font à l’export. Le champagne, coûteux à produire, a toujours été un vin cher."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
08H
07H
23H
22H
21H
20H
19H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/