L'édito éco d'Yves de Kerdrel - Quid de votre Livre A maintenant qu'il atteint les 0,5% ?

Le Livret A atteint un taux encore jamais égalé vers les abysses : 0,5%. Yves de Kerdrel décrit les conséquences économiques attendues sur votre pouvoir d'achat et l'économie du pays.

Le Livret A avait un taux de 0,75%. Il sera désormais d'un tiers inférieur. (Photo PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Retrouvez l'édito éco d'Yves de Kerdrel chaque matin à 8h30 sur sudradio.fr

Le gouvernement a annoncé une baisse du taux du livret A ? Mais est-ce bien habile ?

Oui, ce taux qui était déjà très faible à 0,75 % va être réduit d’un tiers et se retrouver à 0,5 %. Un plus bas historique. C’est une mesure stupide à plus d’un titre. Mais d’abord vis-à-vis des 60 millions de français qui ont un Livret A. Actuellement la hausse des prix en France est estimée à 1,3 %. Donc en plaçant leur épargne à 0,5 %, les français perdent 0,8 %. Cela s’appelle de la spoliation. Et c’est grave, car ça déconsidère ce livret A qui est un totem pour beaucoup de Français.

Alors bien sûr les taux d’intérêt baissent. Mais peu importe puisque l’argent du Livret A atterrit dans les coffres de la Caisse des Dépôts. Son but est de financer le logement social. Et comme il y a très peu de projets, il reste au chaud à la Caisse des Dépôts.

Et que devient tout cet argent alors ?

Et bien les sommes investies sur le Livret A qui représentent plus de 300 milliards d’euros sont replacées sur les marchés par des experts. Comme à la Caisse des Dépôts, on gère beaucoup d’argent, cela lui rapporte 1 à 2 %. C’est-à-dire au moins 3 milliards d’euros voire plus. Donc non seulement l’argent du Livret A ne profite plus aux épargnants puisque son taux de rémunération est ridicule. Non seulement il ne finance pratiquement plus le logement social, car il y a très peu de projets. Mais en plus il enrichit la Caisse des Dépôts qui reverse une grosse partie de son gain à l’État. Voilà pourquoi le Ministère des Finances et la Caisse des Dépôts avaient tant intérêt à ce que le taux du Livret A baisse.C’est peut-être une très bonne opération financière pour eux. Mais c’est une très mauvaise opération politique.

Il ne faut pas prendre les petits épargnants pour des idiots. Et comme il y a un scrutin dans deux mois, il faut s’attendre à ce qu’ils se vengent.