L'édito éco d'Yves de Kerdrel - Le taux de chômage s'envole

Le taux de chômage s'est envolé à 9% de la population active au troisième trimestre en France.

Après la bonne nouvelle du vaccin voici la mauvaise nouvelle du chômage qui a fortement augmenté au troisième trimestre ?

Le taux de chômage s'est envolé à 9% de la population active au troisième trimestre. En "vrais chiffres", cela signifie que le nombre de chômeurs atteint désormais 2,7 millions de personnes en France. Donc en l’espace de trois mois, de fin juin à fin septembre, 628.000 personnes ont dû aller pointer à Pôle Emploi.

Ce sont là évidemment les premiers stigmates de la crise économique consécutive au premier confinement du printemps dernier. Et ils arrivent avec du retard, car dans un premier temps, le chômage partiel a permis de cacher l’ampleur des destructions d’emploi. C’est pour cette raison qu’au deuxième trimestre, donc pendant le confinement le taux de chômage était encore en baisse.

J’imagine que ces chiffres sont d’une ampleur historique

Hélas oui, cette hausse du nombre de chômeurs sur un seul trimestre est un record depuis que l’Insee fait ces statistiques. Tout cela n’est pas très surprenant non plus puisque cette crise est elle-même d’une ampleur inédite. De nombreuses entreprises ont mis fin à des CDD. D’autres ont mis la clé sous la porte. Et de nombreux plans sociaux ont été mis en place.

Ce qui est terrible surtout avec ces destructions d’emploi, c’est qu’en trois mois, on en a compté plus que d’emplois créés en trois ans. Et pourtant depuis l’arrivée de Macron à l’Élysée, on estimait que près de 500.000 emplois avaient vus le jour.

Quel va être le traitement de ce chômage ?

D’abord dés le mois de mars dernier le gouvernement a suspendu sa réforme de l’allocation-chômage qui rabotait les indemnités des chômeurs. Ensuite, il y a un plan qui a été mis en place afin de favoriser l’emploi des jeunes, qui sont les plus touchés par cette crise. Enfin le gouvernement compte évidemment sur la reprise économique attendue l’an prochain.

Jusqu’à présent on pouvait se dire que la croissance serait là, mais sans la confiance des employeurs. Depuis que l’on a appris l’existence d’un vaccin on peut être plus optimiste sur l’ampleur du rebond l’an prochain. Et donc des créations d’emplois. C’est dire si cette petite piqure suscite bien des attentes !