La "bataille de l'eau", comment exister sur un marché dominé par Veolia et Suez ?

Loïc Darcel (Auteur de la "La bataille de l'eau") était ce lundi l'invité de Patrick Roger dans le Grand Matin Sud Radio.

Thumbnail

Le marché français de l'eau est dominé par les deux grands géants que sont Veolia et Suez, mais il existe pourtant de petites entreprises de distribution qui tentent d'exister tant bien que mal dans cet univers de quasi-monopole. C'est notamment le cas de la société Aqualter - distributeur à Chartes et Montpellier notamment  - qui survit dans ce milieu totalement fermé. Un combat permanent dont parle son président, , dans un ouvrage intitulé "La bataille de l'eau" (éditions du Cherche Midi).

"Il y a une 3e voie possible entre la régie publique et les 'majors' de l'eau"

Invité ce lundi de Patrick Roger dans le Grand Matin Sud Radio, l'intéressé nous a ainsi dressé l'état des lieux du marché, tout en ,nous expliquant sa démarche. "On peut s'attaquer à ces deux grands géants de l'eau et, d'ailleurs, nous ne sommes pas les premiers à le faire. Il y a eu, au début des années 2000, le sentiment qu'un monopole s'était installé et un certain nombre de maires, de présidents de grandes agglomérations, ont décidé de repasser en régie. Ç'a été par exemple le cas de Nice, de Montpellier. Aujourd'hui, ce que nous essayons de faire parallèlement à ce mouvement, c'est de montrer que le secteur privé a aussi sa place mais que cette place peut être élargie à des acteurs, comme nous, qui sont différents et essaient de faire bouger les lignes", a-t-il indiqué.

"Ce que nous voulons montrer, c'est qu'il y a une troisième voie possible entre la régie publique, adaptée à un certain nombre de cas, et les 'majors' de l'eau. Cette troisième voie, c'est ce que nous voulons incarner. C'est une gestion publique un peu différente qui est basée sur la notion de partage. Concrètement, ça veut dire que les abonnés ont le droit de savoir. Ils ont le droit d'avoir des comptes transparents, de savoir quelle est la qualité de leur eau (..) ce que nous proposons, c'est de créer des sociétés dédiées par contrat et proposer aux abonnés qui le souhaitent d'être associés dans le capital de ces sociétés", a-t-il par ailleurs ajouté.

L'intégralité de l'interview en vidéo