Des chèques cadeaux pour aider les petits commerçants dans les Bouches-du-Rhone

Pour tenir le coup, les commerces dits non essentiels tentent de s’organiser. Et pas qu’en vendant sur internet. Dans les Bouches-du- Rhône, des chèques cadeaux permettent de soutenir l’économie locale. L’initiative est portée par la chambre de commerce et d’industrie qui à l’approche de Noël veut développer le concept qui peu en peu gagne du terrain.

Le site de l'initiative Treiz'Local, https://treizlocal.com/
Reportage Sud Radio de Lionel Maillet

 

 

Bijouteries, fleuristes, librairies: 900 enseignes des Bouches-du-Rhône acceptent déjà ces chèques cadeaux qui ne sont valables - c’est le principe - que dans le département: "J'achète local, et surtout pas sur internet. Les plateformes Amazon etc., ça n'existe pas pour moi !", lance un passant. "Je ne fais travailler que les petits commerçants et producteurs de la région ! Beaucoup de gens font leurs courses dans les grandes surfaces pour ne pas s'embêter, et ça serait peut-être un moyen de  redécouvrir les petits commerçants, tout simplement..." À l’approche de Noël, Patricia Blanchet-Bhang veut aussi convaincre les comités d’entreprises de jouer local Elle préside l'U2P, qui représente les commerces de proximité: "Plutôt que de donner des primes qui seront dépensées mais pas forcément localement, ça permet de jouer la solidarité avec ceux qui ont le plus souffert". Pendant le confinement, ces chèques cadeaux permettent aussi de faire un peu de trésorerie mais ce coiffeur de Salon-de-Provence y voit d’autres avantages:

"Du coup, les gens vont regarder un peu les commerces qui prennent ces chèques là, vont se rendre compte que l'un proche de chez eux y participe, et ça leur permettra d'aller y faire un tour. Cela permet de fidéliser une nouvelle clientèle, des gens qui ne seraient pas forcément venues."

 

Des discussions sont en cours pour étendre le concept aux collectivités. Arles a déjà dit oui à chèques cadeaux qu’on peut se procurer sur le site treizlocal.com

 

"Il faut convaincre les commerçants de continuer à s'inscrire. On dépasse les 900, il faut aller plus loin. Ça s'adresse aux collectivités qui peuvent en faire l'acquisition pour leur personnel en vue des fêtes de fin d'années, aux entreprises et comités d'entreprises..." - Jean Luc Chauvin président de la CCI Bouches-du-Rhône