Comment le confinement transforme les commerçants en logisticiens

Julie Turroques, propriétaire du magasin JouéClub à la Chartreuse de Castres (81), était interviewée dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 20 novembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le Click and Collect se développe dans les magasins de jouets (Aurore MESENGE - AFP/Archives).

C’est une illustration de ce qui se passe sur le terrain en cette période de Noël. Devant cette obligation de fermeture de magasins, ceux-ci ont dû s’adapter.

 

"On cherche les produits dans les rayons"

"On propose le Click & Collect, sur les réseaux sociaux, au téléphone, par tous les moyens de communication que nous avons, explique Julie Turroques, propriétaire du magasin Joué Club à la Chartreuse de Castres (81). Jouéclub a fait des spots radio, et il existe aussi pas mal de supports dans les régions pour promouvoir le Click & Collect."

Comment cela se passe-t-il dans les magasins ? "On répond au téléphone, on dirige les gens, comme ils veulent ou comme ils peuvent. On fait quelques livraisons, selon un montant et un territoire." Cela change toute l’organisation du magasin. "Oui, nous sommes à chercher des produits dans tous les rayons. Nous n’avons pas des produits classés par ordre alphabétique. Les produits sont en rayon, parfois mis en avant parfois cachés. Nous avons entre 25 et 30.000 références, selon la superficie du magasin."

 

"Ne pas payer trois fois le prix sur Internet"

Comment font les clients ? "Ils peuvent nous envoyer un mail, ils nous appellent. Ou bien ils vont sur le site de JouéClub, et choisissent un magasin de retrait. C’est plus simple pour nous. J’ai deux personnes en chômage partiel, sinon tout le monde est là. On a besoin de bras, c’est très diversifié et cela prend beaucoup plus de temps."

Justement, dans ce contexte très spécial, les clients sont-ils solidaires ? "Oui, pour 90%, juge Julie Turroques. Et puis il y a les gens très énervés car ils ne peuvent pas venir en magasin voir les jouets. On est désolé, mais on n’a pas le droit." Que pense-t-elle de l’idée de décaler le Black Friday ? "Je suis pour ! Je ne suis pas à me dire qu’il faut faire des remises, au moins que les gens trouvent ce qu’ils veulent pour faire plaisir aux petits, au lieu d’aller sur Internet payer trois fois le prix."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !