Bus à hydrogène de Pau : un surcoût minime par rapport à un bus thermique

Des bus à hydrogène fonctionnent à Pau depuis la mi-décembre 2019. Le 14 janvier 2020 ils seront officiellement inaugurés en présence d’Emmanuel Macron.

Les bus à hydrogène ont investi Pau dès la mi-décembre 2019. © AFP

Pour en parler, Nicolas Patriarche, président d’Idélis, le réseau de transport de l’agglomération paloise et maire de Lons (Pyrénées-Atlantiques), était l'invité de Patrick Roger le 14 janvier 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Nous sommes en mesure de produire de l’hydrogène sur place"

Nicolas Patriarche a tout d’abord expliqué comment ces bus à hydrogène fonctionnent et ce qui les rend uniques. "Cela revient à un bus électrique dont le vecteur d’énergie est de l’hydrogène. On en produit sur place à partir d’un électrolyseur qui mêle de l’eau et de l’électricité. L’hydrogène est ensuite chargé dans des réservoirs dans les bus.

En théorie on peut faire venir de l‘hydrogène en bonbonnes, par camion. Mais ce qui est intéressant, c’est que nous sommes en mesure d’en produire sur place. À la différence du carburant c’est une énergie qu’on peut fabriquer sur place."

"Ça coûte cher, comme toutes nouvelles technologies"

En tout, Pau compte 8 bus à hydrogène, fonctionnant tous sur une même ligne. "C’est une grosse ligne de notre réseau. C’est ça aussi qui était un pari", a lancé Nicolas Patriarche.

"Ça coûte cher, comme toutes nouvelles technologies. En même temps, le surcoût par rapport à un bus thermique est de seulement 200.000 € par an. Il y a encore des petits ajustements à faire, il arrive qu’il y ait des problèmes de capteurs, mais globalement ce sont des bus qui marchent bien", a déclaré Nicolas Patriarche.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !