Bertrand Alliot : "Mettre à la poubelle des usines qui fonctionnent, c'est anti-écologiste"

Bertrand Alliot, docteur en sciences politiques, auteur du livre "Une histoire naturelle de l’homme, l’écologie serait-elle une diversion ?" (Éditions de l’Artilleur) et porte-parole de l’association Action Écologie, était l’invité de Benjamin Glaise le 31 décembre 2021 sur Sud Radio dans "Bercoff dans tous ses états".

Bertrand Alliot
Bertrand Alliot, invité de Benjamin Glaise sur Sud Radio.

Bertrand Alliot demande la démission de Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique.

 

Bertrand Alliot : "Si la centrale de Fessenheim n’avait pas été fermée, la France aurait moins de difficultés d’approvisionnement en électricité"

"Vous savez que la France connaît actuellement des tensions sur le marché de l’électricité. L’exécutif a même convoqué le PDG d’EDF et lui a demandé un audit sur l’optimisation de ses réacteurs nucléaires. Il faut savoir que cette dame est issue d’un parti qui s’appelle Europe Écologie Les Verts. Elle est la ministre qui a fait fermer la centrale nucléaire de Fessenheim, qui pourvoyait de l’électricité bas carbone. De même, ce gouvernement a fait fermer une centrale à charbon près du Havre.

Pour être écologiste, on doit conserver ce que l’on a, ce qui fonctionne. Barbara Pompili programme donc l’obsolescence des centrales qui fonctionnent. La filière nucléaire fournit une électricité abondante et bon marché. Et surtout, la France a fait le choix, il y a très longtemps, du nucléaire, donc ce sont des capitaux que nous avons accumulés sur notre territoire. Mettre à la poubelle des usines qui fonctionnent, c’est un comportement anti-écologiste. Si la centrale de Fessenheim n’avait pas été fermée, la France aurait moins de difficultés d’approvisionnement en électricité", a déclaré Bertrand Alliot.

"Concernant le nucléaire, le risque est maîtrisé aujourd’hui en France"

Bertrand Alliot critique ce qu’il considère comme une hypocrisie des ministres et anciens ministres de l’Environnement. "En fait, ce sont les mêmes. Cécile Duflot était la ministre qui avait obtenu la fermeture de Fessenheim. Aujourd’hui, Cécile Duflot est la directrice d’Oxfam France. Ces gens-là, quand ils sont au gouvernement, ils ferment les centrales qui produisent de l’électricité sans faire de CO2. Et une fois qu’ils sont en dehors du gouvernement, ils attaquent le gouvernement parce le gouvernement ne respecte pas ses engagements en termes de CO2. Ils font en sorte que la France soit moins performante en termes de CO2, donc ce ne sont pas des écologistes. Ce sont des idéologues.

Toute production électrique dans le monde comporte des risques. Concernant le nucléaire, le risque est maîtrisé aujourd’hui en France. En revanche, le risque d’un grand blackout, Barbara Pompili l’a en partie reconnu, mais elle est aussi en partie responsable de ce risque", a déclaré Bertrand Alliot.

 

À lire aussi :

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !