S’essayer au sadomasochisme, les conseils de Brigitte Lahaie

Le sadomasochisme est une pratique qui fait peur sans doute parce qu’elle renvoie à des notions de sadisme. Pourtant, il n’y a pas de sadisme à proprement parler, du moins dans le sens de violence et de cruauté. 

Le Love Conseil de Brigitte Lahaie
Tous les conseils de Brigitte Lahaie sont sur Sud Radio

Deux partenaires qui pratiquent le sadomasochisme jouent ensemble dans des rapports de domination et de soumission. Or, ces jeux font parties des fantasmes essentiels. Chacun a plus ou moins envie de se sentir soumis ou au contraire désire dominer son partenaire à un moment ou un autre. Néanmoins, ces fantasmes sont à manier avec prudence. D’ailleurs, le sadomasochisme dur, qui englobe des pratiques particulières et plutôt éloignées d’Éros, ne concerne finalement qu’une toute petite minorité de personnes. En revanche, le sadomasochisme dit soft, peut être pratiqué par tous les couples qui ont une complicité sexuelle. À condition de l’envisager comme un jeu érotique. Par exemple, une petite fessée peut provoquer une véritable excitation. Comme une morsure dans le cou ou des griffures dans le dos au moment de l’orgasme. 

Se libérer par le sexe 

Souvent, les amants n’osent pas se laisser aller parce qu’ils ont peur des réactions de leur partenaire. Ils ne se connaissent pas vraiment et ont peur d’aller trop loin ou de trop aimer ça… Mais le sexe est un excellent palliatif pour évacuer certaines blessures. Cette part de masochisme inhérente à la nature humaine peut se vivre sexuellement. Toutes les religions sont basées sur notre masochisme - ou si vous préférez notre culpabilité. Les religions orientales quant à elles évoquent le karma.

Une petite séance SM soft peut vous permettre de vous libérer. D’ailleurs de nombreux hommes puissants professionnellement le savent bien puisqu’en allant consulter une dominatrice, ils se punissent tout en éprouvant du plaisir.

Dans un premier temps, voyez ensemble qui se sent plus à l’aise dans une position de dominant ou de soumis. N’hésitez pas à inverser les rôles afin de voir ce qui convient le mieux à l’un ou à l’autre. Ensuite, vous pouvez masser, caresser, griffer, mordre… Ce sont ces comportements qui permettent de laisser vivre vos pulsions.

Quelques petits jeux sadomasochistes sans danger pour débuter

L’un des deux partenaires aura les yeux bandés et l’autre disposera de lui pendant cinq minutes. Pour corser le jeu, vous pouvez également lui ligoter les mains. Il existe des menottes fantaisies -  en fausse fourrure par exemple - mais vous pouvez utiliser un bas ou encore un foulard qui, passés autour des bras, peuvent devenir de vrais accessoires de bondage ou bien servir de menotte. Surtout ne jamais enserrer le cou ! Attention, les liens sont réservés aux initiés et il est de toute façon inutile de serrer trop fort. Une petite tape peut être interprétée comme une fessée dans votre imaginaire érotique. Le bruit est bien plus excitant que le geste lui-même, cela peut claquer sans faire mal.

Il existe toute une panoplie d’objets spécialement conçus pour les jeux de SM : un fouet, une cravache, un bandeau, des menottes mais aussi des pinces à linge. 

Tout est une question d’imagination et de respect mutuel. Pour ce genre de jeux, le maître se doit d’être vraiment à l’écoute de l’autre. Au moindre signe d’affolement, il faut tout stopper. Il s’agit de jeux entre adultes consentants ! Vous pouvez aussi prévoir un joker, à ce mot prononcé par votre « soumis » le jeu doit s’arrêter immédiatement. Une fois les règles exposées, à vous de jouer ! 

Brigitte Lahaie