Pourquoi certaines femmes n’aiment pas pratiquer la fellation ? 

Brigitte Lahaie
Les réponses de Brigitte Lahaie à vos questions les plus (p)osées

Les raisons qui font que les femmes n’aiment parfois pas la fellation sont multiples et suivant le problème, la solution ne sera évidemment pas la même. Voici quelques exemples d’obstacles et mes conseils pour les dépasser. 

Que vous soyez celle qui refuse de la pratiquer ou celui qui se la voit refuser, sachez que la première étape est la communication. Mesdames, osez dire votre peur ou votre dégoût face à cette pratique buccale. Messieurs osez exprimer vos désirs et interroger votre partenaire afin de mieux comprendre son refus et ses blocages. 

Le premier obstacle est sans doute : « C’est sale ! » 

Il y a la peur des maladies mais aussi des mauvaises odeurs. Dans ce cas, commencez sous la douche. 

La peur de vomir 

Une fellation n’implique pas forcément une « gorge-profonde ». Il suffit de démarrer par de petits coups de langue juste sur le gland et de voir où ça mène… 

La confusion entre sucer et avaler

Elle est souvent présente. Parfois le port d’un préservatif permet de pallier cette crainte, d’autant qu’il en existe maintenant à des goûts parfumés. 

La peur de passer pour une salope

Dans ce cas particulier, seul le dialogue pourra vous aider. Il faut se dire cette chose primordiale : la fellation est un partage et non un plaisir égoïste. Evidemment, les films pornographiques n’en sont pas un parfait exemple ! 

La sensation d’un acte de soumission 

Certaines femmes se sentent soumises. Dans ce cas il faut également bien comprendre et faire comprendre qu’au contraire, c’est la femme qui a les pleins pouvoirs. C’est elle qui a le pouvoir de donner du plaisir. Une femme qui suce est la maîtresse de l’érection ! 

Messieurs, si votre partenaire vous fait du chantage style « pas de cunnilungus, pas de fellation ! », vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Quant à la peur de faire mal, il suffit de la rassurer, de la féliciter à chaque tentative, de lui indiquer ce que vous aimez en la guidant doucement. Et surtout, dès sa première tentative, soyez reconnaissant. 

Et n’oublions pas toutes ces peurs curieuses qui ont hanté les femmes sur des générations : la peur de tomber enceinte, de grossir, d’être mal considérée… Elles sont totalement irrationnelles mais terriblement liées à l’affect. Alors essayez ensemble de comprendre pourquoi ça bloque plutôt que de faire du forcing. 

Une femme qui se sent en confiance, écoutée et comprise, aura envie d’essayer. 

Brigitte Lahaie

Les rubriques Sudradio