Marc Endeweld : E. Macron "n’a pas les moyens de ses ambitions"

Marc Endeweld, journaliste pour "Le Monde diplomatique", auteur de "L'emprise : la France sous influence" aux éditions du Seuil, était l’invité de “Bercoff dans tous ses états".

Macron
Marc Endeweld, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

"L’ambigu Monsieur Macron est mon premier livre, sorti en novembre 2015", raconte Marc Endeweld. "Dans le livre, j’étais un peu trop prudent comme d’habitude, mais j’expliquais justement qu’il allait se présenter à la campagne présidentielle. Mes confrères ne me croyaient pas. J’expliquais qu’il était en train de se préparer déjà à l’époque. J’avais des informations". Avec son deuxième livre Le Grand manipulateur, il décrit "l'habileté politique certaine de M. Macron".

Dans L'Emprise : la France sous influence, "j’aborde, en partie, le bilan diplomatique d’Emmanuel Macron. Je reviens sur tout un tas d’épisodes, vous évoquiez le Liban mais également de sa volonté d’être faiseur de paix en Libye", raconte le journaliste d’investigation. "À chaque fois, ça a échoué. Je constate à chaque fois qu’il n’a été que d’échec en échec. Alors même qu’il se présente auprès des Français comme quelqu’un restaurant la fonction présidentielle, y compris d’un point de vue diplomatique".

 

"Il a voulu se présenter comme un président puissant et fort"

"Il fait de cet avantage publicitaire en disant : ‘je vais restaurer la France dans le monde comme un avantage électoral’. En fait, après enquête, le quinquennat d’Emmanuel Macron en termes diplomatiques est extrêmement compliqué et difficile", juge Marc Endeweld. "Il a multiplié les erreurs. Ce que je raconte, c’est que finalement les grands de ce monde ne l’ont pas particulièrement pris au sérieux. À la décharge d’Emmanuel Macron, cela correspond également à la situation de la France aujourd’hui", ajoute-t-il.

"Emmanuel Macron a voulu se présenter comme un président puissant et fort. Notamment à l’international, et donc il avait pour cela besoin de dire que la France était encore une grande puissance. D’ailleurs, il le dit dès août 2017 dans une interview au Point, en disant que la France n’est pas une puissance moyenne, mais une grande puissance. Le problème est qu’il n’a pas les moyens de ses ambitions", juge l’auteur de L’emprise : la France sous influence. "Par ailleurs, et ça c’est tout l’autre angle de mon enquête, dans ce qui est devenu la globalisation financière, depuis une trentaine d’années, les enjeux et les intérêts privés priment de plus en plus sur les enjeux stratégiques, énergétiques et économiques entre États".

 

"Emmanuel Macron est totalement dépassé par les évènements"

"J’anticipais également les soubresauts de ce qu’il s’est passé notamment en Ukraine. Je m’interrogeais également sur où la France peut se placer dans le concert mondial au moment même où de très grandes puissances sont de plus en plus dans un antagonisme. J’évoque dans le livre une sorte de retour de guerre froide entre Chine et États-Unis. La France et Emmanuel Macron sont totalement dépassés et ballotés par les évènements", raconte Marc Endeweld au micro de Sud Radio. "Finalement la France a perdu ses points d’appui à l’international. Malgré les grandes ambitions d’Emmanuel Macron, il n’a pas réussi à avoir une stratégie cohérente, ni à trouver des points d’appui diplomatiques, stratégiques et économiques".

"Ce n’est pas parce que les intérêts privés interfèrent de plus en plus dans les enjeux stratégiques, économiques et énergétiques entre États que les intérêts privés remplacent les intérêts étatiques. Souvent les intérêts étatiques ne sont plus totalement autonomes par rapport aux intérêts privés. Les intérêts nationaux sont parfois instrumentalisés par les intérêts privés. Ou alors les États se mettent au service des intérêts privés. C’est le propre de ce qu’on appelle en réalité le néo-libéralisme", explique le journaliste.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.