Le Professeur Christian Perronne blanchi de toute plainte auprès de l’Ordre des médecins

En matière de santé publique, peut-on réellement dire ce que l’on pense ? Y compris lorsque l’on n’est pas d’accord ? Pour en parler, le Professeur Christian Perronne, médecin, professeur des Universités, praticien hospitalier, ancien chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches, ancien conseiller en matière de santé publique, auteur des "33 questions auxquelles ils n’ont toujours pas répondu" aux éditions Albin Michel, est l’invité d’André Bercoff sur Sud Radio.

Professeur Christian Perronne
Le Professeur Christian Perronne, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

En 2021, une plainte est déposée par le Conseil national de l’ordre des médecins contre le Professeur Christian Perronne. Le conseil l’accuse d’avoir violé le code de santé publique. Notamment en dénigrant les politiques de santé publique en pleine crise du Covid-19. Vendredi dernier, la chambre disciplinaire des médecins d’Île-de-France a blanchi ce praticien, infectiologue mondialement connu, qui est aujourd’hui l’invité d’André Bercoff sur Sud Radio.

Christian Perronne : "Je n’ai jamais changé de discours"

Quelle est la morale de cette histoire ? "Je suis très heureux", explique le Professeur Christian Perronne, qui avoue ne pas s’être attendu à un jugement aussi favorable. "J’ai reçu énormément de soutiens de médecins généralistes de toute la France. Ils n’osent pas l’ouvrir, car sinon ils risquent des sanctions. Mais la majorité de la communauté médicale française m'a apporté son soutien. J’ai été ravi de voir que cette fois, le Conseil de l’ordre a été le reflet de la communauté médicale française", ajoute le praticien sur Sud Radio.

On a accusé Christian Perronne de tenir une voix discordante sur la vaccination contre le Covid-19. Mais le Professeur n’a jamais été anti-vax. Son seul CV, bien rempli, suffit à le démontrer. "Ce qui a joué en ma faveur, c’est que depuis mars 2020, je n’ai jamais changé de discours. Tout ce que j’ai dit a toujours été appuyé sur des données scientifiques", lance l’ancien chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches.

Le Conseil de l’ordre veut faire appel

Le Professeur Christian Perronne n’a donc pas enfreint le code de déontologie des médecins, en s’exprimant publiquement, à partir de données scientifiques avérées. Dans sa décision, la chambre disciplinaire a ainsi relevé que le Professeur Perronne, "spécialiste internationalement reconnu comme un expert dans le domaine de l’infectiologie, était le mieux à même de comprendre les enjeux de santé publique". Une décision dont les mots provoquent l’incompréhension quant à la plainte du Conseil national de l’ordre des médecins.

Ce dernier ne semble pourtant pas vouloir en rester là. Un appel conservatoire pourrait ainsi être fait dans les meilleurs délais par le président du Conseil de l’ordre. Un appel qui devrait ensuite être soumis à la prochaine session du CNOM en décembre prochain. En attendant, le professeur Christian Perronne a repris ses prises de position médiatiques, dans la ligne qui a toujours été la sienne.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.

 

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !