single.php

Féminisme : "La maternité rappelle constamment que nous ne sommes pas des hommes"

Le féminisme va-t-il effacer la maternité ? Pour en parler, Eve Vaguerlant, professeure de lettres, était l’invitée d’André Bercoff sur Sud Radio jeudi 16 mai pour son livre "L’effacement des mères", publié aux éditions de l’Artilleur.

Eve Vaguerlant, sur le féminisme, invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.
Eve Vaguerlant, sur le féminisme, invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Du féminisme à la haine de la maternité, il n’y a qu’un pas. C’est en tout cas le postulat du dernier livre d’Eve Vaguerlant, qui revient sur Sud Radio sur ce qu’elle appelle l’effacement des mères. 

Le féminisme confisqué par l’extrême-gauche ?

Le rejet de la maternité au nom de la modernité. À l’heure où l’on parle beaucoup de démographie, la question fait sens. Tout commence pour Eve Vaguerlant avec Simone de Beauvoir. "C'est la mère du féminisme contemporain", explique-t-elle sur Sud Radio, rappelant que Simone de Beauvoir n’a jamais été mère, et n'a d’ailleurs jamais voulu avoir d’enfants. 

Pour Eve Vaguerlant, "les revendications des femmes sont aujourd’hui confisquées par des féministes d’extrême gauche. Elles nuisent selon moi davantage aux femmes qu’elles ne les servent. Les féministes ne militent jamais sur ce qui pourrait aider les femmes, car elles refusent de les voir en tant que mères". Le ton est donné. 

Un discours "un peu simpliste"

"Il y a chez Simone de Beauvoir, dès le départ, une haine viscérale de la maternité, qui transpire de partout chez elle. Chaque fois qu’il est question de maternité, Simone de Beauvoir n’est plus rationnelle. Pourtant c’est une grande philosophe, qui a une culture immense et une réflexion très profonde. Elle a une forme de dégoût, de mépris très violent. À partir de là, elle va construire une image de la femme libre tout à fait contestable. Pour elle, la femme libre est une femme salariée", lance Eve Vaguerlant sur Sud Radio.

"Le discours féministe est un peu simpliste. Il sépare un avant et un après. Il met dans un même panier tous les siècles antérieurs y compris le Moyen Âge qui n’a rien à voir avec l’époque bourgeoise du 19ème siècle", estime-t-elle. "Ce qui gêne le féminisme, c’est que la maternité est une caractéristique première de la femme. Or, le féminisme refuse la réalité biologique. Or, la maternité rappelle constamment que nous ne sommes pas des hommes", conclut Eve Vaguerlant.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff du lundi au jeudi  à 13h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
23H
22H
21H
20H
19H
17H
15H
13H
12H
10H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/