Muriel Fusi : "Le Code pénal considère que la corrida est un sévice grave"

Muriel Fusi, co-présidente du Parti animaliste, et Emmanuel Taché de la Pagerie, député RN de la 16ème circonscription des Bouches-du-Rhône, étaient les invités de "Bercoff dans tous ses états".

Muriel Fusi
Muriel Fusi, invitée d'André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

L'Assemblée nationale n'a finalement pas débattu, le 24 novembre 2022, de l'interdiction de la corrida. Muriel Fusi et Emmanuel Taché de la Pagerie se sont néanmoins affrontés en direct sur Sud Radio.

 

Muriel Fusi : "La corrida se base sur la souffrance et la mise à mort d’un animal"

"C’est une question que nous aurions aimé poser depuis très longtemps à l’Assemblée nationale. Nos militants les plus anciens ont déjà vécu onze propositions de loi, et aucune n’avait jamais pu être inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. C’était un jour historique dans la mesure où enfin on avait une proposition de loi inscrite. On espérait un débat démocratique à l’Assemblée nationale. Mais malheureusement, ça n’a pas été fait. La raison qui a été évoquée, c’est que 800 amendements complètement fantaisistes avaient été déposés. Et ça, ça s’appelle l’obstruction parlementaire. On l’avait déjà vécu en octobre 2020, lorsque Cédric Villani avait déposé une proposition de loi en faveur du bien-être animal.

 


Ce qu’on reproche à la corrida, c’est d’être un divertissement qui se base sur la souffrance et la mise à mort d’un animal. Les personnes qui assistent à une corrida se délectent de la souffrance et de la mise à mort d’animaux. Le Code pénal considère que la corrida est un sévice grave et un acte de cruauté sur les animaux. En tant que tel, la corrida est punissable de 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende. Les tribunaux considèrent aussi que c’est des blessures volontaires, pour faire souffrir. C’est pour ça que nous sommes contre. Aujourd’hui il y a une exception dans 11 départements français qui, au nom de la tradition, perpétuent la corrida", a déclaré Muriel Fusi.

Emmanuel Taché de la Pagerie : "Nous ne sommes pas des sauvages qui nécessiteraient d’être rééduqués"

"Personne ne trouve aucune délectation à quelconque souffrance animale que ce soit. Nous ne sommes pas des sauvages qui nécessiteraient d’être rééduqués. Nos taureaux vivent minimum 4 ans sur une surface d’agriculture extensive d’1 ha ou 1,5 ha sans interaction avec la main de l’homme. Chez nous les animaux sont chéris et adorés.

 


Il y a un art, il y a une pratique. La culture taurine a 7.000 ans. Et si on parle de la corrida espagnole et de son importation, elle nous accompagne depuis 150 ans. Je ne vois pas en quoi quelque chose qui fait vivre des régions entières, notamment la mienne, le principe de liberté, qui est la règle en France, devrait être mis en cause par qui que ce soit", a répliqué Emmanuel Taché de la Pagerie.

 

À lire aussi :

Retrouvez “Bercoff dans tous ses états” avec Achaque vendredi 13h sur Sud Radio.