7 novembre 44 : seul choc direct entre Russes et Américains en Europe

Slobodan Kostadinovic, journaliste indépendant, auteur de « 1944 : Tragiques Pâques », auto-édité, était l’invité de “Bercoff dans tous ses états".

russes
Slobodan Kostadinovic, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Ce livre parle du "seul affrontement militaire direct entre Américains et Russes-Soviétiques. D’abord le 7 novembre est une date qui est plutôt importante. Il s’agit du jour où le président Franklin Roosevelt est réélu pour un quatrième mandat aux États-Unis. Et d’un autre côté, le 7 novembre 1944, c’est le 27ème anniversaire de la révolution d’Octobre, explique Slobodan Kostadinovic. Et à chaque révolution d’Octobre, en particulier à partir de l’invasion d’Hitler sur l’Union Soviétique, cette date est fêtée et célébrée sur tout le front soviétique."

"Ce jour-là, dans la ville de Niš, au sud de la Serbie, l’Armée rouge avait envahi une partie de la Serbie depuis un mois. Elle se préparait à fêter l’évènement avec un défilé militaire et des discours d’officiers. Ce jour-là, dans le ciel, apparaissent trois escadrilles d’avions américains que les Soviétiques pensaient voir venir soutenir la lutte contre les nazis. Soudainement, dans la périphérie de la ville, on entend des bruits d’explosions de bombes et de mitraillages," raconte le journaliste au micro de Sud Radio.

 

Les Russes ont essayé de montrer qu'ils "étaient en train de bombarder des alliés"

"Bien évidemment, c’est la panique un peu partout. Un des aviateurs soviétiques décolle avec un des avions de l’Armée rouge de l’aérodrome local avec l’étoile rouge. Les avions étaient facilement identifiables du fait de cette étoile rouge. Il décolle pour se rapprocher des avions américains. C’est une escadrille de trois douzaines d’avions américains. Il décolle pour leur montrer qu’il avait une étoile rouge et qu’ils étaient en train de bombarder des Alliés. Et, il se fait abattre," explique Slobodan Kostadinovic.

"Voyant cela, les Soviétiques au sol demandent à d’autres chasseurs de décoller de la même base pour engager l’affrontement. Il y a donc eu une bataille aérienne. Elle s’est terminée lorsque quelques avions ont été abattus de part et d'autre. Selon la source, américaine ou soviétique, le bilan n’est pas très précis. On ne peut pas vraiment le connaître avec certitude. Ce que l’on sait, c’est qu’au sol, ces avions américains qui avaient pilonné une colonne de l’Armée rouge avaient fait près d’une centaine de morts et de blessés. Il y a eu des dégâts dans les véhicules de transport importants," raconte-t-il.

 

Les Américains "plaident l'incident"

"En apprenant cet événement, Staline a écrit au commandement de l’Air Force en Méditerranée en disant ‘Je m'apprêtais à féliciter votre président pour sa réélection et vous, pour me souhaiter un grand Octobre, vous me tuez quarante de mes hommes’. Les Soviétiques demandent qu’une enquête soit ouverte", explique l’auteur de 1944 : Tragiques Pâques. "Les Américains font donc une enquête interne, interrogent les pilotes américains qui ont participé et ils plaident l’incident. Ils pensaient qu’ils étaient en train de bombarder une colonne de l’armée allemande qui était en retraite de Grèce vers l’Allemagne. L’incident reste là et se clôt."

"Les Américains proposeront d’échanger des officiers dans les différents états-majors. C’est-à-dire des officiers soviétiques au commandement allié en Méditerranée et des Américains chez les Soviétiques. Mais les Soviétiques s’en méfiaient, les considérant comme des espions, et n’ont pas donné suite. Certains disent que c’était un incident, d’autres disent que c’était intentionnel. Le fait est que la colonne allemande en question se trouvait à 150 km de là," conclut le journaliste indépendant.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.