single.php

Comment les fonds souverains sont-ils devenus des outils de conquête internationale ?

Le paysage mondial a changé d’une manière incroyable. Et l’on voit la victoire des fonds souverains et des entreprises publiques, notamment dans les pays émergents. Un rebasculement de l’économie ? Des fonds souverains devenus très politiques L’économie mondiale est aujourd’hui marquée par l’émergence de ces fonds et d’entreprises publiques, issus des pays émergents, et notamment […]

François-Xavier Carayon, au sujet des fonds souverains et des entreprises publiques, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.
François-Xavier Carayon, au sujet des fonds souverains et des entreprises publiques, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Le paysage mondial a changé d’une manière incroyable. Et l’on voit la victoire des fonds souverains et des entreprises publiques, notamment dans les pays émergents. Un rebasculement de l’économie ?

Des fonds souverains devenus très politiques

L’économie mondiale est aujourd’hui marquée par l’émergence de ces fonds et d’entreprises publiques, issus des pays émergents, et notamment des BRICS. "Ces États-là n’ont pas de retard par rapport aux économies occidentales. Le phénomène du retour de l’État dans ces pays-là n’est pas la queue de comète d’un phénomène ancien. C’est une nouvelle arme qu’ils se sont forgée à partir des années 2000", explique François-Xavier Carayon, consultant en stratégie et auteur de Les États prédateurs : Fonds souverains et entreprises publiques à la conquête de l'Europe publié aux éditions Fayard.

"Les fonds souverains sont créés par les États, des véhicules d’investissement financiers. Historiquement, ils sont nés au Moyen-Orient pour utiliser la rente des hydrocarbures, et la réinvestir pour préparer l’avenir. À partir des années 2000, les fonds souverains sont devenus beaucoup plus politiques, et ont changé de rôle", ajoute François-Xavier Carayon. Une dynamique impulsée par la Chine.

Un outil de conquête internationale

Au départ, ces fonds souverains n’avaient qu’une portée nationale. Ils se sont progressivement tournés vers l’international "de façon croissante". "On n’a pas vu ça monter. Maintenant, les fonds souverains investissent à 70% en-dehors de leurs propres frontières", lance François-Xavier Carayon. Et tout cela pour viser deux types d’actif : des entreprises pour capter des technologies de pointe et du patrimoine national. Et parfois avec des conséquences dramatiques pour lesdites entreprises.

D’où la question : "mais comment laisse-t-on faire cela ?" Pour François-Xavier Carayon, "cela ne date pas d’hier. Cela fait 30 ans que le phénomène grandit dans l’ombre. Il y a des prédations de nature économique. Et des investissements géopolitiques. Ce ne sont pas que des investissements financiers".

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff du lundi au jeudi  à 13h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
07H
05H
04H
23H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/