Philippe Piat : "Les Herbiers peuvent se sublimer, en foot un seul but suffit"

Les supporters des Herbiers peuvent croire en leur chance face au PSG (©LOIC VENANCE - AFP)

Co-président de l'UNFP (Union Nationale des Footballeurs Professionnels), Philippe Piat était l’invité du 18h Sud Radio ce mardi dans le cadre de la finale de la Coupe de France entre Les Herbiers et le PSG.

C’est une finale de Coupe de France évidemment atypique qui se jouera ce soir au Stade de France entre les stars du PSG et les joueurs semi-professionnels des Herbiers. Annoncé perdant assuré, le club vendéen jouera malgré tout crânement sa chance. Co-président de l’Union Nationale des Footballeurs Professionnels (UNFP), Philippe Piat était l’invité du 18h Sud Radio pour évoquer ce choc des extrêmes.

"On a rarement vu un déséquilibre aussi fort entre deux équipes qui jouent la finale. Le Paris Saint-Germain est une équipe formidable avec des stars mondiales, alors que Les Herbiers peinent en troisième division. Ça, c’est le factuel. L’irrationnel, c’est que dans un match de Coupe de France, les joueurs peuvent se sublimer. Ils l’ont d’ailleurs fait lors des sept derniers matches, même s’ils n’ont pas rencontré d’équipes de Ligue 1", déclare-t-il avant d’évoquer la particularité du football et de ce genre de rencontres à élimination directe. "Le foot a cela de particulier qu’avec un but, on peut gagner un match. En basket, il faut marquer 80 points, en handball et en rugby 30. En foot, un seul but suffit. Même si les supporters ont peur de prendre une déculottée, ils espèrent quand même au fond d’eux que le miracle peut arriver", assure-t-il.

Alors qu’une défaite parisienne serait vue comme une humiliation pour le PSG, Philippe Piat ne pense pas que les Parisiens seront affectés par cette pression, même si un autre danger les guette selon lui. "Je ne pense pas que les Parisiens pensent à la défaite. Le problème pour eux, c’est qu’ils seront certainement décontractés car ce serait un miracle que Les Herbiers les battent. C’est peut-être ce trop-plein de confiance qui peut les rendre vulnérables", prévient-il.

Réécoutez en podcast toute l’interview de Philippe Piat dans le 18h Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio