Va-t-on se retrouver sans eau cet été dans nos villes ?

Alain Chabrolle, vice-président de France Nature Environnement, était l’invité de la matinale le 18 Juillet sur l’antenne de Sud Radio.

Pas une goutte d’eau sur Paris depuis le 21 juin dernier, selon Météo France.

La capitale vient de battre son record de sécheresse au mois de juillet : pas une goutte d’eau sur Paris depuis le 21 juin dernier, selon Météo France. C’est tout simplement du jamais vu depuis le début des mesures, en 1873.

Est-ce que cela inquiète France Nature Environnement ? "Oui ça nous inquiète parce qu’il n’y a pas qu’à Paris. C’est l’ensemble du territoire qui est concerné, mais aussi l’Europe, et un phénomène mondial grave. En cas de hausse de 2,7 degrés de la température, on passera de 2 à 10% de la population en pénurie d’eau absolue", souligne Alain Chabrolle.

 

Des forêts qui grillent sur pied

"Des villes comme Moscou, istanbul, Londres, qui dépend de la Tamise, sont aussi concernées, décrypte le vice-président de France Nature Environnement. En 2008, la France avait approvisionné Barcelone en tankers d’eau." Et en France ? "On ne fera pas l’économie d’une refonte totale du partage et de la gestion de l’eau. L’eau ne manque pas réellement, elle est vraiment inégalement disponible dans l’espace et dans le temps". En effet, un tiers de notre pays est déjà en déficit structurel. En moyenne, l’industrie consomme 20% de l’eau, les villes 30% et l’agriculture 50%. "En ce moment, l’agriculture passe à 80% et les villes à 15%."

Alors que l’on constate, dans l’Hexagone, que des forêts grillent littéralement sur pied, est-on entré dans un processus irréversible ? "Non, juge Alain Chabrolle. Mais il est clair que la forêt française va être très affectée cette année. Cette année, la sécheresse est sans précédent. C’est le cycle entier de l’eau qui est altéré, notamment celui de l’eau potable." Du coup, faut-il construire des retenues d’eau ? "C’est une solution de court terme, qui ne profite qu’à quelques agriculteurs qui font du mais, par exemple. Nous devons mieux utiliser l’eau, mieux la partager."

Vers une guerre de l’eau en France

Comme le rappelle le vice-président de France Nature Environnement, 30% de la consommation totale pourrait être économisée, y compris en ville. "Le partage de l’eau devient vraiment une urgence, car nous sommes rattrapés par le changement climatique." Avec 61 départements en alerte sécheresse, va-t-on vers une guerre de l’eau en France ? "Oui, les agences de l’eau ont identifié des points de conflit majeur. On est dans la problématique de l’or bleu."

Que faire pour agir ? Face à l’urbanisation croissante, "il faut vraiment prendre tous les moyens pour ralentir le cycle de l’eau, augmenter la végétalisation des villes, faire que l’infiltration du sol reprenne son cycle normal. Pensons aussi à la chasse aux fuites, parfois jusqu’à 25% dans les réseaux et 15% dans nos maisons. Nous attendons des actions concertées à la suite des assises de l’eau."

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !