TotalEnergies : les salariés en grève veulent leur "part du gâteau"

Les salariés de TotalEnergies réclament un meilleur salaire et un dégel des embauches, et menacent de bloquer dépôts et stations-services.

Dans un contexte de super-profits pour l’entreprise, une grève est en cours chez TotalEnergies. Ses salariés réclament un meilleur salaire et un dégel des embauches. Ils menacent de bloquer l'approvisionnement des stations-services en carburants.

Compenser l'inflation et embaucher

On recenserait 70% de grévistes. "Ce mouvement fait suite au mouvement de 72 heures entamé depuis mardi par nos collègues dans le raffinage, et à deux autres journées d’action, en juin et juillet, explique Éric Sellini, coordinateur CGT pour le groupe TotalEnergies. Nous réclamons une mesure exceptionnelle sur 2022 pour compenser l’inflation forte que nous connaissons."

"Les profits, cette année, sont records, mais nous avons l’habitude des profits records chez Total, constate-t-il. D’année en année, nous réclamons que cette part du gâteau nous revienne et ne soit pas dilapidée en dividendes ou en rachats d’actions, comme cela va encore être le cas cette année."

 

TotalEnergies doit réinvestir en France

"Les gens que vous croisez dans les stations-services sont payés au Smic, et c’est souvent du temps partiel, souligne Éric Sellini, coordinateur CGT pour le groupe TotalEnergies. Le monde est loin d’être rose. On a des salaires très bas et on demande que la direction générale prenne enfin conscience de la nécessité d’augmenter très largement l’ensemble des salaires. Notre premier appel à la grève va jusqu’à ce soir, la question est reposée toutes les huit heures aux salariés."

Les syndicats demandent aussi à TotalEnergies de réinvestir en France. "Cela fait dix ans que l’on assiste à une casse systématique de l’outil industriel. Cela a commencé en 2010 avec la raffinerie des Flandres, transformée en dépôt. Malgré les promesses de la direction, il n’y a pas de réindustrialisation sur ce site. On massacre petit à petit des centaines d’emplois et il n’y a pas assez de monde pour faire face à la demande d’énergie. Il est nécessaire que Total investisse ses milliards dans la production d’énergie en France."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"