PV déconfinés: "pompe à fric" selon ces marseillais, les élus promettent une tolérance

Les marseillais ne payaient plus le stationnement depuis le 18 mars: c’est désormais terminé. Retour à la normale, en douceur assure la mairie qui prône une certaine indulgence. Pas de quoi calmer les automobilistes qui auraient bien voulu que cette impunité dure encore un peu.

Un sujet qui fâche depuis longtemps: plusieurs centaines de manifestants avaient déjà défilé, le 18 avril 2005 sur le vieux port à Marseille, pour protester contre la mise en place de nouveaux horodateurs et réclamer le "maintien de la gratuité totale du stationnement", alors que la mairie avait prévu de créer environ 15.000 places de parking payantes supplémentaires d'ici 2006. (AFP PHOTO ANNE-CHRISTINE POUJOULAT)
Reportage Sud Radio de Lionel Maillet

 

C’est  une habitude qu’on prend vite : ne plus passer par la case horodateur. Mais  après sept semaines de gratuité, la fête est terminée: "On en a profité pendant deux mois, même si on n'était pas obligés de prendre la voiture... On va repayer les PV si on se gare mal !", lance un passant. "Pompe à fric", renchérit une autre, qui est loin d'être la seule à employer ce vocable. Elles ne leur avaient pas manqué et sont de retour  les deux voitures qui  sillonnent  Marseille  et scannent les plaques d’immatriculation  pour repérer les fraudeurs:

"C'est plus comme avant où ils descendaient avec leurs petits scooters pour mettre leurs petits PV sur les pare-brises des voitures. Aujourd'hui, c'est exagéré. C'est jusqu'à 19h, et à 18h55 ils tournent encore ! C'est une boîte à fric" - Des habitants

Ce retour au stationnement  payant  se fait deux semaines après le déconfinement, et  c’est encore trop tôt, estime l’Automobile club de Provence: "Pourquoi fin de mois, où les gens ont du mal à finir les mois, surtout dans la situation actuelle... Pourquoi pas attendre début juin, voire début juillet?"

 

Tolérance temporaire, promet la mairie

Plus de deux mois de gratuité, c’est un manque à gagner de 1,3 million d’euros pour la ville, mais l’adjoint au stationnement assure que les PV ne vont pas pleuvoir... En tout cas pas tout de suite !

"Ceux qui dépasseront de cinq/dix minutes, ou d'un quart d'heure parfois, il y aura beaucoup de tolérance pendant les 15 premiers jours ! Je vous le promet !" - Jean-Luc Ricca, élu au stationnement à Marseille

 

Un peu de souplesse selon la municipalité, mais le montant de l'amende n'a pas changée: toujours à 17 euros.