Pour Jacques Attali, si le halal prend beaucoup d'ampleur, il est contré par le veganisme

Jacques Attali économiste
Jacques Attali, invité d'André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états" sur Sud Radio.

Jacques Attali, essayiste et économiste, auteur du livre "Histoire de l'alimentation, de quoi manger est-il le nom ?" (Fayard), était l’invité d’André Bercoff mercredi 24 avril sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Jacques Attali : "C'est en changeant d'alimentation que l'humanité change de visage"

Jacques Attali, conseiller politique de François Mitterrand pendant près de dix ans, est venu présenter son livre "Histoire de l'alimentation, de quoi manger est-il le nom ?" (Fayard), dans l'émission "Bercoff dans tous ses états". L'économiste raconte, tout d'abord, qu'il remonte dans son ouvrage jusqu'à nos ancêtres les singes : "J'ai essayé d'expliquer la naissance de l'espèce humaine". Et de préciser : "C'est en changeant d'alimentation que l'humanité change de visage. Elle commence à ingérer des choses plus faciles à digérer et donc diminue la taille de l'intestin et augmente la taille du cerveau".

C'est donc ainsi que progressivement les humanoïdes deviennent des humains. Ils entretiennent entre eux du langage et Jacques Attali pense donc avoir trouvé une relation entre le langage et l'alimentation. Il poursuit : "La disparition de la conversation aujourd'hui autour du repas, avec la disparition du repas est extrêmement grave dans notre évolution". L'essayiste raconte aussi que les traces découvertes datent de 500.000 ans et des Chinois quand ils ont maîtrisé le feu. "On a aussi une idée très précise de ce que mangeaient les humanoïdes il y a deux millions d'années". Et encore avant, ils étaient végétariens. L'alimentation a vraiment changé selon lui avec la maîtrise du feu.

Jacques Attali : "Le repas est le lieu essentiel de constitution du pouvoir"

Et d'estimer ainsi que les hommes ont commencé à créer des empires quand ils sont devenus sédentaires il y a 5.000 ans. D'évoquer aussi l'art du banquet, né selon lui, à cette même période, en Mésopotamie (la Palestine, Israel, Irak, Iran) : "Le repas est le lieu essentiel de constitution du pouvoir. Le banquet était d'abord un art politique". Il raconte aussi que le premier alcool semble être la bière, puis le vin. Pour l'économiste : "Dans toutes les civilisations, plus un homme était puissant, plus il mangeait des choses qui volent haut. Leur permettant ainsi de se rapprocher des dieux". Il confie également que le hiéroglyphe qui signifie "manger" est le même que celui qui veut dire "parler" et "aimer". 

Jacques Attali raconte que les gens prenaient le temps et cite comme exemple l'inauguration d'un temple dont le repas dura trois jours. Quant aux horaires et à l'ordre du repas (sucré, salé, etc.), ils sont très récents dans l’histoire humaine, d'après Jacques Attali. L'auteur, intarissable, poursuit : "La grande cuisine française a commencé sous Louis XIV, quand la cuisine fraîche remplace les sauces lourdes venues d’ailleurs". Il confie aussi une anecdote étonnante : "Peu de gens savent que les corn-flakes ont été inventées pour réduire la libido". Enfin, il évoque les religions et estime que toutes encouragent à manger sans excès, de l'islam au christianisme en passant par le judaïsme qui est très rigoureux. Pour lui, si le halal prend beaucoup d’ampleur, il est cependant contré par le veganisme, à cause de la prise de conscience de la souffrance animale. 

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Les rubriques Sudradio