Marioupol est-elle perdue pour les Ukrainiens ?

Les forces russes ont annoncé avoir pris le contrôle de la ville de Marioupol, à l’est de l’Ukraine. Un pôle de résistance subsiste cependant dans le port. Serguei Jirnov, spécialiste de la Russie, ex-agent du KGB, était l'invité de Patrick Roger dans "Sud Radio vous explique" du vendredi 22 avril.

La ville de Marioupol en Ukraine est sous contrôle russe.

"La ville est tombée, mais le port n’est pas tombé"

La ville portuaire de Marioupol serait aux mains des forces russes, a annoncé le Kremlin jeudi 21 avril. Est-elle définitivement perdue pour les Ukrainiens ? C’est la question posée à Serguei Jirnov, spécialiste de la Russie, ex-agent du KGB, et auteur de "L’éclaireur - Du recrutement à la formation, l'histoire vraie et stupéfiante du seul espion du KGB à avoir intégré l'ENA pour infiltrer l'administration française" paru aux éditions Nimrod.

"La ville est tombée, mais le port n’est pas tombé. Surtout, il y a une énorme usine, qui s’appelle Azovstahl, qui est une ville dans la ville, et très difficile à prendre. C’est très important pour Vladimir Poutine de dire que la ville est tombée, après le naufrage du croiseur Moskva. Il lui fallait une histoire, et il a donc anticipé cette prise, même si la ville de Marioupol est belle et bien prise".

"Un armistice pourrait donner une sortie honorable à Poutine"

"Cette ville est une clef de passage entre deux régions occupées par la Russie. La Crimée au Sud, et le Donbass, au Nord. C’est celle jonction-là, pour avoir tout l’est de l’Ukraine, sous leur contrôle. Par ailleurs, il y avait deux armées russes bloquées autour de Marioupol. Une fois débloquées, elles vont pouvoir essayer de prendre en tenaille l’armée ukrainienne, 30 à 40.000 hommes, qui défendent le Donbass." 

"Il ne faut pas oublier l’importance du 9 mai en Russie, la victoire sur le nazisme, et pour cette date, il faut des victoires à Poutine". "Maintenant, Vladimir Poutine a compris que cette opération lancée le 24 février contre l’Ukraine est un échec, il pensait que ses soldats seraient attendus les bras ouverts, et il se résigne peut-être à prendre seulement l’est de l’Ukraine. Un armistice après la conquête de l’est de l’Ukraine pourrait donner une sortie honorable à Poutine." 

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !