Manifestation ce mercredi contre l'âgisme - "Les baby-boomers n'ont pas eu la vie plus rose que les autres !"

Ce mercredi 31 mars rime avec une journée de mobilisation nationale des retraités. 63 initiatives sont prévues à travers le pays par les syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, CFTC, CFE-CGC, etc.) qui placent leur action sous le signe de la "solidarité intergénérationnelle". Les revendications portent notamment sur le pouvoir d’achat mais aussi contre l’âgisme.

Les syndicats se mobilisent ce mrecredi pour réclamer meilleur sort pour les retraités, sans tomber dans le piège du "conflit intergénérationnel". (SkitterPhoto / Pixabay)

Un reportage de Grâce Leplat pour Sud Radio.

 

Qu'est-ce que l'âgisme ? Une tendance à accuser les retraités d’être des privilégiés, regrette Jean-Claude, 73 ans, à la retraite depuis huit ans.

"On dit que les retraités sont des privilégiés, en particulier ceux du baby-boom qui n'ont pas connu de période de chômage. Je ne vais pas m'excuser de ne pas avoir connu de période de chômage. J'ai quand même cotisé pendant 49 ans". En effet, Jean-Claude a commencé à travailler dès l'âge de 14 ans.

Il a commencé à travailler à 14 ans et a une petite retraite. Mais ce n'est pas son seul cas qui l'intéresse. Manifester devient pour lui l’occasion de mettre en lumière la situation des retraités qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts, notamment les femmes, d'autant plus touchées.

"Je vais vous prendre un exemple qui m'est très proche, c'est celui de ma belle-mère. Femme de ménage chez des particuliers, elle n'a qu'une petite retraite à 700 euros par mois. Heureusement pour elle, elle bénéficie de la pension de réversion de mon beau-père, décédé il y a quelques années, sinon elle n'aurait pas de quoi vivre."

Jean-Claude s’engage pour la revalorisation des pensions de retraite et pour une aide à l’autonomie des personnes âgées… il espère rassembler toutes les générations

"Ce n'est pas un problème de conflit de générations, ce sont des gouvernements successifs qui méprisent autant la jeunesse que les cheveux blancs."

C’est donc main dans la main que chaque génération doit avancer. Alors le septuagénaire espère du monde aux différents rassemblements dont celui de Paris qui prévoit 300 manifestants.

 

Les "boomers", loin d'être une génération dorée ?

Didier Hotte est le représentant national de FO retraités. Les revendications portent notamment sur le pouvoir d’achat mais aussi l’accès au soin.

"La génération du baby-boom, des soixante-huitards, c'est une génération qui a travaillé, a connu le chômage, a connu des guerres (Algérie, etc.). De ce point de vue-là, ils n'ont pas eu la vie plus rose que d'autres. Alors je dis aux retraités : n'ayez pas de crainte, continuez de demander une revalorisation des retraites et un meilleur accès aux soins. "