Le regard libre d'Élisabeth Lévy - Matzneff le Maudit

Sera-t-il demain interdit d’écrire un roman sur des amours hors normes ? Au fait, quel âge avait le président quand il a connu son épouse actuelle ? Évidemment. Nous sommes devenus vigilants, tant mieux. Cependant, doit-on sacrifier la liberté sur l’autel de ses excès ?

Le regard libre d'Élisabeth Lévy

Retrouvez le regard libre d'Élisabeth Lévy chaque matin du lundi au vendredi à 8h10.

Vous avez lu Le Consentement de Vanessa Springora ?

Cette éditrice, aujourd’hui âgée de 47 ans, y raconte sa relation amoureuse avec Gabriel Matzneff quand elle avait entre 14 et 16 ans. Je pensais qu’il s’agissait d’une basse vengeance surfant sur la vague #MeToo. J’ai changé d’avis. Après tout, Matzneff a utilisé cette histoire et toutes les autres comme matière de ses livres, et dans le plaidoyer publié hier par l’Express, il raconte encore des faits intimes. C’est de bonne guerre.

On a donc deux récits de cette liaison. Bien sûr, les deux personnages n’ont pas vécu la même, puisque lui parle d’un exceptionnel amour. De plus, la femme qu’est devenue Vanessa Spingora ne raconte pas la même histoire que celle qu’a vécue l’adolescente. L’adolescente était fascinée par son initiateur, la femme se dit victime d’un prédateur. Qui dit la vérité ? La femme ou l’adolescente ? Matzneff ou Springora ?

Nous n’avons pas à répondre à cette question. D’un point de vue légal, Matzneff était coupable. Coupable aussi s’il a eu avec des garçons de dix ans les relations charnelles qu’il décrit dans ses romans et journaux. Mais il y a prescription, autrement dit la justice ne peut pas juger. Si le Parquet ouvre une enquête préliminaire, il cède à l’air du temps. Et entretient une confusion : puisqu’on ne peut plus juger GM, serait-on tenté de juger son œuvre ? Sera-t-il demain interdit d’écrire un roman sur des amours hors normes ? Faut-il brûler les Liaisons dangereuses où Valmont révèle à une presque enfant les plaisirs de la chair ?

En somme, vous excusez la pédophilie ?

Non, même si pas sûr que le mot pédophilie convienne. La sexualité telle qu'affichée par Matzneff met mal à l’aise. Mais les nouveaux vertueux réclament l’interdiction de ses livres (déjà difficiles à trouver). Le ministère de la Culture se demande comment le jeter à la rue : la grande classe. Le lynchage en meute d’un écrivain âgé, malade et fauché est terrifiant. Et le spectacle de ceux qui prêchaient hier la libération sexuelle y compris des enfants, redoublant aujourd’hui de sévérité pour Matzneff est assez dégoûtant. Le vent a tourné, ils ont tourné aussi. Ainsi, trente ans plus tard, ils sont toujours du bon côté.

Il faut bien protéger les enfants, non ?

Évidemment. Nous sommes devenus vigilants, tant mieux. Cependant, doit-on sacrifier la liberté sur l’autel de ses excès ? Le risque est d’ériger une norme en matière de sexualité. Faut-il par exemple, interdire tout amour entre adolescent et adulte. Il est vrai qu’un ado est sous emprise, mais dans quelle relation amoureuse n’y a-t-il pas d’emprise ? Il est vrai aussi qu’entre une ado et un écrivain à succès, c'est une partie inégale, mais qui a déjà entendu parler d’une passion égalitaire ?

Au fait, quel âge avait le président quand il a connu son épouse actuelle ?