Le regard libre d'Elisabeth Lévy - De quoi je me mêle, Frau von der Leyen ?

Dans le quotidien allemand Bild, Ursula von der Leyen, proche d'Angela Merkel et surtout présidente de la Commission européenne, a déclaré envisager un confinement pour les seniors jusqu'à la fin de l'année 2020. Minimum. Seulement, cette intervention relance le débat de la souveraineté de la France à l'heure européenne. de Que vient faire Bruxelles dans la gestion de crise française ?

Le regard libre d'Elisabeth Lévy

Retrouvez le regard libre d'Elisabeth Lévy chaque matin à 8h15 sur sudradio.fr.

"La présidente de la Commission européenne préconise le confinement prolongé des personnes âgées. 

Ursula von der Leyen a en effet déclaré dans le quotidien allemand Bild qu’en Europe, les contacts des personnes âgées avec leur environnement devraient rester limités au moins jusqu’à la fin de l’année. “Frau von der Leyen” a tranché : on commencera par libérer les enfants, les jeunes et les bien-portants ; les vieux et les malades attendront. 

Qu’est-ce qui me choque là-dedans ? 

D’abord, de quoi je me mêle ? Ce n’est certainement pas à la présidente de la Commission de nous dire quand et comment on doit déconfiner. 

Juridiquement, la santé ne fait nullement partie des attributions de l’Union Européenne. Chaque nation a géré l’épidémie en fonction de sa culture médicale et de sa culture tout court. Et pour les frontières, les voici fermées au moment où personne ne veut les traverser. 

Surtout, même si le parlement peut renverser la Commission, cette politicienne allemande n’a pas la moindre légitimité politique pour réclamer des mesures aussi lourdes de conséquences sur les libertés publiques. Qui, en France, connaît Ursula van der Leyen ? 

En somme, prônons le “chacun pour soi” ? 

Chaque peuple doit appliquer ses propres lois. Ça s’appelle la souveraineté et contrairement à ce que fantasme le président de la République, elle ne peut pas être française ET européenne. Nous acceptons des règles pénibles, comme nous acceptons de payer des impôts, au nom de la solidarité entre Français et parce que les décisions sont prises par des autorités légitimes et responsables devant le peuple. Jamais nous n’aurions accepté le confinement et les contrôles s’ils avaient dictés par Angela Merkel ou Frau von der Leyen. 

Donc, si Macron prolonge le confinement des seniors, vous l’accepterez ? 

J’accepte la loi, même quand elle me déplait. Mais j’ai tout loisir de la critiquer. Jean-Pierre Chevenement estimait que “la démocratie, c’est l’élection, plus le débat pluraliste”. Nous ne discutons pas avec les Italiens ou les Hongrois des mesures à prendre. Dans quelle langue le ferions-nous ?

Mais sur le fond, le confinement des seniors ? 

Il prouve que le confinement est à peine plus utile que la ligne Maginot. Certes, il a permis de sauver des vies en étalant les offensives dans le temps, ce qui n’est pas rien. Mais après le confinement, le problème restera intact. 

L’idée est donc d’enfermer les plus fragiles en attendant traitement ou vaccin. Bien sûr, il s ’agit - je cite - “de les protéger” mais prenons garde : les bénéficiaires de toutes ces attentions, claquemurés chez eux ou dans leur chambre d’EHPAD, pourraient finir par penser que cette vie qu’on s’évertue à sauver n’est plus vraiment une vie."