Jean-Claude Delgènes : "80% des cadres n’ont pas déconnecté pendant les vacances"

Les cadres ont de plus en plus de mal à se déconnecter
Les cadres ont de plus en plus de mal à se déconnecter

Directeur général du cabinet Technologia, Jean-Claude Delgènes était l’invité du Grand Matin Sud Radio pour évoquer l’hyper-connexion professionnelle, phénomène de plus en plus courant dans le monde de l’entreprise.

Comment déconnecter après le travail ? À l’heure des smartphones et de la démocratisation de l’accès à Internet, les employés d’aujourd’hui sont de plus en plus connectés professionnellement, et ce même en-dehors des heures de travail. Ce qui n’est pas sans conséquences sur le moral et la santé des travailleurs, notamment chez les cadres. Directeur général du cabinet Technologia (évaluation et prévention des risques professionnels), Jean-Claude Delgènes était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce jeudi pour évoquer ce phénomène.

"On constate la montée de l’épuisement professionnel"

"Nous sommes en hyper-connexion la journée, et bien souvent le soir on poursuit et on ne sort plus du travail. Avant, nous allions au travail et sortions le soir. Maintenant, nous sommes connectés à des projets qui avancent et restons connectés. Cela peut poser de graves problèmes internes puisqu’on constate dans notre pays la montée de l’épuisement professionnel. Il faut véritablement prendre des mesures pour favoriser la mise en œuvre de ce droit porté par la loi du 8 août 2016, le droit à la déconnexion", plaide-t-il.

"69% des cadres ont peur d’être submergés à leur retour de vacances"

"80% des cadres n’ont pas déconnecté durant leurs vacances. Pourquoi ? Parce qu’ils sont 69% à avoir peur d’être submergés à leur retour… Comment mettre alors en place ce droit à la déconnexion ? Première chose à rappeler : c’est un droit, pas un devoir. Si vous ne respectez pas un devoir, vous pouvez être sanctionné ou licencié. Ce n’est pas aux salariés de subir les conséquences d’une mauvaise régulation des charges de travail. Depuis le 1er janvier 2017, l’entreprise a l’obligation de mettre en place des modalités de déconnexion", rappelle-t-il par ailleurs. 

"Daimler-Benz a supprimé les mails pendant les vacances"

Alors que plus d’un tiers des actifs envoient mails et SMS professionnels en-dehors des heures de travail, Jean-Claude Delgènes assure qu’un changement de comportement est possible. "On peut mettre en place des contraintes de moyens : obliger par exemple les salariés à laisser leur portable. Ça se fait très peu, les gens ne le laissent généralement pas à leur bureau. Mais on peut très bien décider le soir, à partir de 21h par exemple, de capter tous les mails pour ne les redistribuer que le lendemain matin. On peut très bien, comme l’a fait Daimler-Benz, supprimer les mails durant les vacances. On peut très bien supprimer l’envoi de mails en-dehors des heures de travail, comme le propose l’Apec aujourd’hui… C’est de la responsabilité des entreprises de plus de 50 salariés, en accord avec les représentants du personnel", déclare-t-il avant d’appeler à la mise en place de "formations pour ajuster les comportements des gens, parce que lorsque vous êtes hyper-connectés la journée, vous avez des chances de l’être le soir ou le week-end". 

Réécoutez ici l’interview de Jean-Claude Delgènes dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio