single.php

"Je me rends": Marco Mouly, figure de l'escroquerie à la "taxe carbone", de retour en prison

"Je me rends": Marco Mouly, l'une des figures de l'escroquerie géante à la TVA sur le marché du carbone devenue personnalité des réseaux sociaux, s'est présenté mercredi à la justice pour être réincarcéré, après la révocation partielle de son sursis.

Thomas SAMSON - AFP

"Je me rends": Marco Mouly, l'une des figures de l'escroquerie géante à la TVA sur le marché du carbone devenue personnalité des réseaux sociaux, s'est présenté mercredi à la justice pour être réincarcéré, après la révocation partielle de son sursis.

Vêtu de noir des pieds à la tête, une chaîne autour du cou, il est arrivé au tribunal judiciaire de Paris en début d'après-midi, en portant deux gros sacs de voyage.

"Je ne vais pas en cavale, je me rends, la cavale n'existe plus", a-t-il déclaré à la presse dans le hall du tribunal.

"L'estomac est là, ça fait flipper d'aller en prison", a-t-il confié, avec sa gouaille habituelle.

"C'est un peu dur pour moi d'aller en prison" alors que "la procédure a 30 ans", a-t-il ajouté, visiblement ému mais sans perdre le sourire.

Le parquet de Paris a confirmé en fin de journée qu'il avait été écroué.

Dans une décision rendue vendredi, une juge d'application des peines a ordonné la révocation partielle à hauteur de 18 mois d'une peine de trois ans d'emprisonnement, prononcée en avril 2019 à son encontre par la cour d'appel de Paris, pour escroquerie réalisée en bande organisée courant 1998 et 1999.

La magistrate a estimé que plusieurs obligations fixées à M. Mouly n'avaient pas été respectées.

Concernant celle de travailler, l'intéressé occupait "un emploi fictif" de community manager, selon la juge, et "il a fourni à la justice des fausses fiches de paie, sur fond d'organisation bien huilée".

Dans le même temps, il a indiqué lors d'une audition travailler à un second livre et avoir décroché un rôle principal dans un film qui doit être tourné prochainement.

Marco Mouly n'a pas non plus réglé en totalité l'amende, le juge notant un reliquat de 11.569 euros sur une amende de 15.000 euros.

Il doit par ailleurs des sommes très importantes dans le cadre de ses autres condamnations, toutes affaires confondues, selon la décision.

Cette peine de trois ans de prison était assortie d'un sursis probatoire sur une période de trois ans. La date d'expiration du délai de probation était fixée au 20 janvier 2024.

"Du côté de la défense, nous estimons que c'était disproportionné", a déclaré à l'AFP un de ses avocats, Me Philippe Ohayon.

"Le parquet a une autre position, chacun ensuite a fait son travail. Le juge a tranché et a tranché en faveur d'une révocation qui, pour nous, ne va durer que quelques semaines ou quelques mois", a-t-il poursuivi, indiquant qu'il allait désormais se concentrer "sur son aménagement de peine".

- "Très, très mal" -

Le site Mediapart, qui avait pu parler vendredi avec Marco Mouly, avait annoncé qu'il prenait la fuite, tout en précisant ne pas être en mesure de vérifier si c'était bien le cas.

Le principal intéressé avait dit sur C8 dans la soirée que cela était "faux".

Devant la presse mercredi, Marco Mouly a accablé le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi, auteur de cet article et également de l'ouvrage "D'argent et de sang", adapté dans une série à succès sur Canal+.

Il a inspiré le rôle de Fitous, un arnaqueur de Belleville prêt à tout pour s'accomplir, incarné par Ramzy Bedia.

"Le problème c'est que le film m'a fait très, très mal", a encore déclaré Marco Mouly. "Encore une fois c'est basé sur des faits réels" mais la série reste "une fiction", a-t-il affirmé.

Cet homme, né en mai 1965, a aussi été au centre de la série documentaire de Netflix "Les rois de l'arnaque".

Fin juin 2017, Marco Mouly avait déjà été condamné en appel à huit ans d'emprisonnement et un million d'euros d'amende dans l'affaire dite de la "taxe carbone", vaste fraude à la TVA sur le marché des droits à polluer, aux côtés d'Arnaud Mimran.

Avec les autres principaux prévenus du dossier, ils avaient été condamnés à verser 283 millions d'euros de dommages et intérêts à l'Etat.

Marco Mouly a été placé en semi-liberté en avril 2020 puis en liberté conditionnelle.

Par Eleonore DERMY / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
13H
12H
11H
09H
08H
07H
00H
Revenir
au direct

À Suivre
/