Incarcération de Christophe Dettinger : les gens du voyage appellent à manifester samedi

Christophe Dettinger, surnommé le "Gitan de Massy", était jugé en comparution immédiate le 9 janvier 2019, pour violences volontaires après avoir frappé deux gendarmes à Paris lors de l'acte 8 des "gilets jaunes". La vidéo avait fait le tour des réseaux sociaux. Il est écroué en attendant son procès le 13 février et risque jusqu’à sept ans de prison et 100.000 euros d’amende. Lui, dit avoir agi par colère après avoir reçu des gaz lacrymogène avec son épouse. Les Gens du voyage décident de se mobiliser pour le soutenir : plusieurs membres de la communauté gitane appellent à manifester samedi à Paris. Clément Bargain de Sud Radio est allé à leur rencontre.  

Thumbnail

"Par rapport au peuple des Gens du voyage, vous allez voir ce que ça va faire"

Depuis samedi, dans cette aire d’accueil pour Gens du voyage en région parisienne, on ne parle que de Christophe Dettinger. Pour Morgane, sa cousine, "c'est pas égal ! Quand on voit tout ce que font les CRS, les policiers, et que lui va prendre entre trois et cinq ans de prison, c'est pas logique !".

Pour David, Christophe Dettinger est victime d’une stigmatisation : "Il suffit qu'il fasse partie de la communauté des Gens du voyage et que ce soit un boxeur, ça a été médiatisé !".

Pour les Gens du voyage, ce qui a jeté de l’huile sur le feu, c’est la clôture de la cagnotte en soutien à Christophe Dettinger. Plusieurs membres du gouvernement s’y étaient opposés. Anita, mère de famille, monte au créneau : "Il va devoir payer l'avocat et plein d'autres choses, c'était pour lui ! Je ne vois pas pourquoi elle a été bloquée ! L'État s'est trop permis de faire des choses... Par rapport au peuple des Gens du voyage, vous allez voir ce que ça va faire", prévient-elle.

"Nous aussi on a des armes, on a tout ce qu'il faut"

Depuis quelques jours, dans la communauté gitane, la rébellion s’organise. Pour Sidjé, elle aussi cousine de Christophe Dettinger, "on s'en fout des bombes lacrymogènes, des matraques ! Nous aussi on a des armes, on a tout ce qu'il faut. Ça peut être n'importe quoi : une barre de fer, des pavés... On va leur montrer ce qu'est le peuple gitan !".

Les Gens du voyage menacent de venir en nombre à Paris : "Il y en a qui viennent du Sud, de partout ! Ils n'ont jamais eu de révolution des Gens du voyage, ils vont voir ce que c'est, ça va éclater de tous les côtés !".

Certains prévoient d’installer leur caravane sur le Champs de Mars. Face à la menace, le gouvernement mobilise 5.000 forces de l’ordre à Paris.