single.php

Grève importante jeudi du contrôle aérien en France et menaces sur le pont de l'Ascension

La grève des contrôleurs aériens prévue jeudi conduira à des annulations de vols en pagaille un peu partout en France, alors que le principal syndicat des aiguilleurs du ciel menace déjà d'une nouvelle grève pour le pont de l'Ascension les 9, 10 et 11 mai.

Fred TANNEAU - AFP/Archives

La grève des contrôleurs aériens prévue jeudi conduira à des annulations de vols en pagaille un peu partout en France, alors que le principal syndicat des aiguilleurs du ciel menace déjà d'une nouvelle grève pour le pont de l'Ascension les 9, 10 et 11 mai.

Les compagnies aériennes vont devoir annuler jeudi 75% des vols à l'aéroport parisien d'Orly et 65% à Paris-Charles-de-Gaulle ainsi qu'à Marseille, a annoncé la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) lors d'une visio-conférence avec elles mardi soir.

La DGAC leur demandera également d'annuler 60% des vols à Toulouse et Nice, et 50% pour les autres aéroports.

Le deuxième syndicat des contrôleurs aériens, l'Unsa ICNA, qui appelle également à la grève jeudi, a de son côté déposé un nouveau préavis courant sur l'ensemble du mois de juin.

Ces perspectives de mouvements sociaux battent en brèche la trêve olympique des principaux syndicats, qui ont promis en septembre 2023 de ne pas faire grève pour des raisons salariales d'ici à la fin des Jeux olympiques (26 juillet au 11 août) et paralympiques (28 août au 8 septembre).

L'ensemble des syndicats appellent à une grève après l'échec de négociations sur les mesures d'accompagnement, notamment salariales, d'une refonte du contrôle aérien en France

L'ensemble des syndicats appellent à une grève après l'échec de négociations sur les mesures d'accompagnement, notamment salariales, d'une refonte du contrôle aérien en France

Fred TANNEAU - AFP/Archives

Outre les annulations, il faut s'attendre à "de très gros retards", a indiqué à l'AFP un secrétaire national du Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (SNCTA, majoritaire), qui n'a pas voulu être cité.

"Le canal reste ouvert, on reste à disposition de la DGAC et des pouvoirs publics" pour discuter, a-t-il confié.

L'ensemble des syndicats appellent à une grève en raison de l'échec à ce stade de négociations sur les mesures d'accompagnement, notamment salariales, d'une refonte du contrôle aérien en France.

- Nouvelle grève en vue ? -

Face à l'échec des négociations, le SNCTA a même déposé un deuxième préavis de grève, sur trois jours cette fois-ci et en plein week-end de l'Ascension, les jeudi 9 (férié), vendredi 10 et samedi 11 mai.

"On a visé au milieu pour ne pas impacter les départs et les retours", a précisé le secrétaire national du syndicat, mettant en avant une volonté d'aboutir dans les négociations.

Dans un communiqué, l'organisation a déploré l'échec des discussions "notamment sur la question de l'accompagnement social" et donne à nouveau 15 jours aux pouvoirs publics pour "s'inscrire dans la recherche de solutions" avant de mettre sa menace à exécution.

La réforme discutée vise à "augmenter la productivité", selon ce responsable. Le syndicat souhaite "accompagner cette recherche de performance" via des hausses de salaires qui les feraient converger vers les "standards sociaux européens".

D'après le syndicat, ces hausses de salaires seraient indolores pour le contribuable français car intégralement financées par les compagnies aériennes qui versent une redevance à la DGAC.

Mais le coût supplémentaire "serait répercuté in fine sur le passager", a expliqué Pascal de Izaguirre, président de la principale organisation regroupant les grandes compagnies aériennes françaises (FNAM), également PDG de Corsair. Sans compter la perte de compétitivité pour les compagnies françaises qui supportent majoritairement cette contribution, a souligné le dirigeant.

D'après M. de Izaguirre, la France est championne d'Europe des grèves du contrôle aérien avec un impact sur les finances du secteur aérien européen de 800 millions d'euros pour la période 2018-2022, dont 624 millions pour la France seulement

D'après M. de Izaguirre, la France est championne d'Europe des grèves du contrôle aérien avec un impact sur les finances du secteur aérien européen de 800 millions d'euros pour la période 2018-2022, dont 624 millions pour la France seulement

STEPHANE DE SAKUTIN - AFP/Archives

D'après M. de Izaguirre, la France est championne d'Europe des grèves du contrôle aérien avec un impact sur les finances du secteur aérien européen de 800 millions d'euros pour la période 2018-2022, dont 624 millions pour la France seulement.

A titre de comparaison, à la deuxième place de ce classement on retrouve l'Italie où les grèves ont représenté un manque à gagner de 147 millions d'euros sur la même période, puis la Grèce, avec 22 millions d'euros, toujours selon les chiffres avancés par la Fnam.

Malgré ces encoches à la trêve olympique, le patron de la Fnam dit toutefois ne pas être inquiet pour la période de compétition elle-même. Lundi, un responsable du SNCTA a répété qu'il n'était pas question de faire grève pendant les Jeux.

Le cadre juridique des grèves de contrôleurs aériens a été récemment réformé, une loi promulguée fin 2023 avec le soutien du SNCTA imposant à tout agent aérien de déclarer individuellement sa participation à un mouvement de grève au plus tard deux jours auparavant.

Le trafic aérien a été très perturbé par des grèves d'aiguilleurs du ciel début 2023, lors du conflit sur les retraites en France. Ces mouvements sociaux affectent aussi les survols du territoire, ce qui suscite l'ire des compagnies étrangères.

 

Par Antoine GUY / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/