Frère Hubert (Le jour du Seigneur) : "Dans la lutte contre le coronavirus, Dieu est là !"

Frère Thierry Hubert, producteur de l'émission religieuse "Le Jour du Seigneur" diffusée tous les dimanches sur France 2, était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 10 avril dans "Le 10h - midi".

Les catholiques sont nombreux à suivre la messe sur les réseaux sociaux ou à la télévision. © AFP

"Le moment de la messe représente comme une sorte de recul qui permet à la personne de retrouver une sorte d'équilibre"

Aujourd'hui, la messe diffusée sur les réseaux sociaux ou à la télévision est la seule solution pour pouvoir la suivre. "On s'est adapté au confinement durant la nuit du 14 au 15 mars, confie Frère Thierry Hubert, producteur du "Jour du Seigneur" à Valérie Expert et Gilles Ganzmann, suite à l'annonce du Premier ministre qu'il ne pourrait plus y avoir, dès le lendemain, de célébrations religieuses dans les églises avec public. Notre messe prévue à Clichy est tombée avec cette annonce. En relation avec France Télévisions, entre 20h et 20h40, on a pris la décision de faire la messe dans le studio de notre partie magazines dans le 13ème arrondissement de Paris. On a travaillé toute la nuit pour faire une messe en studio le lendemain à 11h en direct", explique-t-il.

 

Cette messe est très suivie par les téléspectateurs, souligne Valérie Expert. "C'est une situation inédite que le million, million et demi de pratiquants réguliers qui se rendent le dimanche à la messe dans leur paroisse, ne puissent plus y aller actuellement, donc on draine tous les pratiquants réguliers qui se retrouvent à travers la messe sur France 2 en communion mystérieuse", explique Frère Thierry Hubert.

Les gens se tournent-ils plus vers la religion lorsqu'on traverse des moments comme celui que nous vivons actuellement ? "Les retours que l'on a, c'est que dans cette situation anxiogène globale, vis-à-vis de la communication et des chaînes d'info continue par exemple, le moment de la messe représente comme une sorte de recul et d'approfondissement spirituel qui permet à la personne de pouvoir se resituer à l'intérieur d'elle-même, de retrouver une sorte d'équilibre quand ils n'ont pas forcément la foi chrétienne chevillée au corps", constate Frère Thierry Hubert.

 

"Dans l'Histoire, on a vécu des moments de profondes chutes et à chaque fois, on s'est relevé collectivement"

Dimanche, matinée de Pâques spéciale sur France 2, de 11h à 12h45, pour "l'anniversaire" de l'incendie de Notre-Dame de Paris : le "Jour du Seigneur" diffusera un documentaire inédit sur la résurrection de trois cathédrales détruites au cours du 20ème siècle. "Mystérieusement, il y a quelque chose d'assez allégorique dans ce documentaire qui nous resitue dans l'histoire du 20ème siècle, affirme Frère Thierry Hubert. Tout ce qui vient ébranler et mettre par terre de gros projets humains comme une cathédrale, comme le drame de l'épidémie que nous pouvons vivre aujourd'hui et comme beaucoup de choses qui s'écroulent, ce documentaire nous montre que dans l'Histoire, on a vécu des moments de profondes chutes et à chaque fois, on s'est relevé collectivement".

Une chapelle virtuelle en ligne a été lancée, "pour maintenir vive la flamme de l'espérance dans cette épidémie, souligne Frère Thierry Hubert, afin qu'on puisse tous partager ses intentions de prières pour les soignants, les malades, les mourants, les familles endeuillées. 

Je ne veux pas dire que Dieu est absent du combat que nous menons contre le virus, estime-t-il. Si c'est un mal, ça ne vient pas de Dieu, mais Dieu est là pour nous dire que nous allons pouvoir ressusciter dans la lutte contre ce mal, nous relever et nous montrer encore plus vivants à l'arrivée ! C'est le message chrétien", rappelle-t-il.

 

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !