Électricité : hausse des tarifs réglementés de 5,9% au 1er juin

facture électricité
Au 1er juin, les tarifs réglementés d'électricité augmenteront de 5,9%. AFP

Il va y a voir du changement sur votre facture d'électricité à partir du 1er juin et vous risquez de voir rouge : les tarifs réglementés doivent en effet augmenter de 5,9%. Un coût supplémentaire en moyenne de 85 euros par an pour un foyer qui se chauffe à l'électricité. En tout, ce sont 28 millions de Français qui sont concernés. Et pour eux, la nouvelle est douloureuse. Cyprien Pézeril de Sud Radio est allé à leur rencontre.

 

"Vu comment cette boîte est gérée, je ne suis pas étonnée !"

Béatrice vit seule dans son appartement de 60 mètres carrés : "chez moi tout fonctionne à l'électricité explique-t-elle à Cyprien Pézeril de Sud Radio. L'eau, le chauffage et tout ce qui est électroménager". 

En cinq ans, la facture annuelle est passée de 450 à 600 euros. Avec cette nouvelle hausse, c'est 35 euros de plus tous les ans. La faute aux taxes, mais pas seulement. "Ça commence à faire beaucoup. Vu comment cette boîte est gérée, je ne suis pas étonnée !"

"La luminosité de mes lumières n'est plus à 100%, je suis toujours à 50 ou 60 grand maximum"

Mais des solutions efficaces existent pour réduire la facture. Thomas contrôle depuis son téléphone l'éclairage de son appartement : "la luminosité de mes lumières n'est plus à 100%, je suis toujours à 50 ou 60 grand maximum et c'est suffisant. Ce sont des ampoules connectées via des smartphones. J'ai cinq lampes et je contrôle toutes les lampes avec une télécommande qui est dans une application sur le smartphone".

Un système qui lui a permis de réduire de près de 50% le montant de sa facture : "en janvier, j'avais une facture qui s'élevait à 70 euros pour l'électricité et en février, mars, avril et mai, ça baissait chaque mois de 10 euros. En mai, je suis à un bon 40 euros de réduction depuis janvier".

Mais ce n'est pas une solution miracle : il faut compter 200 euros pour installer ce genre d'équipement. 

EDF et le gouvernement se renvoient la balle de la responsabilité de la hausse : d'un côté le patron de l'entreprise dénonce une électricité "taxée à 55%" et de l'autre, François de Rugy raille les coûts salariaux. Une employée en intérim qui a travaillé chez EDF l'an dernier pendant 6 mois témoigne. Elle était chargée, avec une trentaine d'autres personnes, d'enregistrer des contrats dans un logiciel informatique :

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio