Demain, faudra-t-il rouler à moins de 30 km/h en ville ?

Faut-il totalement supprimer les voitures en centre-ville ? Pierre Chasseray, délégué général de 40 Millions d’automobilistes ; Christophe Ramond, porte-parole de la Prévention routière et Pierre Ouallet, adjoint au maire de Bègles en charge de la transition écologique, étaient les invités du débat du jour, à 9h10 sur Sud Radio, avec Benjamin Glaise et Judith Beller.

Thumbnail
Limiter la vitesse à 30 km/h en ville, est-ce souhaitable ? AFP

"Baisse des accidents de 50 à 70%"

À Montpellier, si la circulation est déjà interdite dans l’hypercentre, l’ensemble de la ville sera bientôt limité à 30 km/h. "C’est vraiment une tendance de fond, estime Christophe Ramond, porte-parole de la Prévention routière. Les zones 30 existent depuis trente ans. Des milliers de communes les utilisent pour sécuriser les écoles, les centres-villes voire des quartiers entiers. Depuis 2015, les communes peuvent carrément passer à 30 km/h, le 50 km/h devenant l’exception."

Le maire socialiste de Montpellier justifie sa décision en estimant qu’elle permettra de réduire le nombre d’accidents. "Dans les premières expériences, il y a eu des évaluations, précise Christophe Ramond. À Toulouse, dans des quartiers réaménagés, la baisse des accidents est de 50 à 70%. Mais le 30 km/h ne fait pas tout : sans réaménager les rues, c’est beaucoup moins efficace."

"Sans aménagement, le 30 km/h ne sert à rien"

"Le 30 km/h, tout seul, sans aucun changement d’aménagement routier, cela ne sert strictement à rien, insiste Pierre Chasseray, délégué général de 40 Millions d’automobilistes. Ce qui veut dire que ce qui change les choses, c’est l’aménagement routier, pas la limitation de vitesse. Ce n’est pas parce que vous remplacez un 5 par un 3 sur un panneau que vous allez changer les comportements."

"Si l’on a des problèmes comme à Toulouse, avec des zones particulièrement accidentogènes, dans ces cas-là, le 30 va venir matérialiser le danger, décrypte Pierre Chasseray. On réaménage la route, c’est ponctuel, c’est parfait. Les villes qui passent à 30 sont gangrénées par un pouvoir de nuisance d’élus écologistes au sein du conseil municipal. Ce sont des mesures qui plaisent à EELV, mais qui ne servent strictement à rien. On va vous demander de rouler à moins de 30. Fondamentalement, une voiture, ce n’est pas fait pour rouler à 18 km/h ! Si l'on veut que les gens roulent moins vite en ville, on aménage la route en conséquence et on fluidifie le trafic."