single.php

Dans la "capitale de Noël", le marché du ramadan se fait une place

Spécialités culinaires, illuminations et animations : un peu plus de trois mois après son célèbre marché de Noël, Strasbourg accueille un marché du ramadan, manifestation moins imposante mais qui grandit au fil des ans.

FREDERICK FLORIN - AFP

Spécialités culinaires, illuminations et animations : un peu plus de trois mois après son célèbre marché de Noël, Strasbourg accueille un marché du ramadan, manifestation moins imposante mais qui grandit au fil des ans.

Sous un chapiteau de 2.400 m2 déployé sur un terrain appartenant à la communauté musulmane turque Ditib, des centaines de personnes se retrouvent à table pour célébrer l'iftar, repas de rupture du jeûne, à côté d'une large scène où se produisent des musiciens.

A l'extérieur, une cinquantaine de stands proposent un large éventail de la gastronomie turque, des brochettes de kebab aux baklavas, en passant par des simits (pains au sésame), des sarmas (feuilles de vigne farcies) ou des épices.

"J'aime bien venir pour la convivialité des lieux", explique à l'AFP Zaide Uygur, Française d'origine turque de 33 ans, venue avec son mari, ses enfants et des amies. "Ca nous permet d'être tous ensemble et de redécouvrir des plats qu'on ne mange pas tous les jours."

- Appel à la prière -

Ditib, organisation de l'islam turc officiel en France, historiquement modérée, prône un événement "ouvert à tous", même si au coucher du soleil, l'appel à la prière résonne dans le chapiteau. Le public est varié : des familles avec des poussettes, des jeunes, des retraités, en vêtements traditionnels ou au look plus moderne.

Au "Marché du ramadan" de Strasbourg, le 29 mars 2024

FREDERICK FLORIN - AFP

"Il y a tout le monde ici, le mois de ramadan unit les différentes communautés", assure Zay, 34 ans, fonctionnaire d'Etat, qui n'est pas d'origine turque mais maghrébine. "C'est même ouvert aux non-musulmans qui peuvent venir manger et découvrir la culture. C'est un mois pour pacifier les relations". Elle regrette néanmoins que les présentations sur scène soient faites "en turc". "Du coup on ne comprend rien du tout", reconnaît-elle.

D'après le porte-parole de Ditib Strasbourg, Saban Kiper, la mise en place de ce marché répond "à une demande" de la communauté d'avoir "un lieu de retrouvailles et d'animations".

"C'est un peu comme le jour de Noël", assure-t-il. "Le 24 décembre, vous êtes en famille, que vous soyez croyant ou non. Le ramadan c'est le même état d'esprit, sauf que ça dure plus longtemps."

Mais il ne prolonge pas la comparaison avec la fête chrétienne et son marché de Noël, une institution en Alsace, dont la dernière édition a attiré 3,3 millions de visiteurs.

"Ce n'est pas comparable, le marché de Noël de Strasbourg a cinq siècles d'histoire, c'est le plus ancien d'Europe", concède-t-il volontiers. "On s'en inspire, mais nous n'en sommes qu'à la quatrième édition".

En 2023, le marché du ramadan avait reçu 50.000 visiteurs.

- "Climat délétère" -

Les dirigeants de la communauté espèrent que ce marché, présenté comme le plus important au niveau national, contribuera à donner une autre image de la communauté musulmane et à normaliser les relations avec les autorités.

Devant un stand alimentaire au "marché du ramadan", à Strasbourg, le 29 mars 2024

FREDERICK FLORIN - AFP

Depuis l'attentat contre Charlie Hebdo en 2015 à Paris, "la question de l'islam est souvent abordée sous l'angle sécuritaire, malheureusement. Il y a une très forte stigmatisation, le climat est délétère", regrette Saban Kiper, qui prône "la coexistence interreligieuse et intergénérationnelle".

Du côté de la mairie, les services sont intervenus pour réguler le stationnement et éviter que les riverains pâtissent de l'affluence, après "quelques débordements" les années précédentes.

Pour le reste, la ville n'intervient pas dans l'organisation de l'événement, qui se tient sur un terrain privé et pour lequel aucune demande de subvention n'a été formulée. "Il n'y a ni blocage ni aide spécifique", résume Jean Werlen, conseiller municipal chargé des cultes, pour qui ce marché est avant tout "une manifestation culturelle".

"Il y a un gros tiers, voire la moitié, des participants qui ne sont pas musulmans", observe-t-il. "C'est un peu comme au marché de Noël finalement : il y a eu 30.000 visites (payantes, ndlr) de la cathédrale pour 3,3 millions de touristes, ça prouve bien que le vin chaud est plus important que la prière".

Par Antoine POLLEZ / Strasbourg (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
14H
13H
12H
11H
10H
09H
07H
04H
00H
23H
21H
Revenir
au direct

À Suivre
/