single.php

Cinéma: le patron du CNC Dominique Boutonnat jugé en juin pour agression sexuelle

Le patron du 7e art connaît désormais la date de son procès: le président du Centre national du cinéma (CNC), Dominique Boutonnat, dont la mise en retrait est réclamée par des militants et l'actrice Judith Godrèche, sera jugé le 14 juin pour agression sexuelle sur son filleul.

XAVIER LEOTY - AFP/Archives

Le patron du 7e art connaît désormais la date de son procès: le président du Centre national du cinéma (CNC), Dominique Boutonnat, dont la mise en retrait est réclamée par des militants et l'actrice Judith Godrèche, sera jugé le 14 juin pour agression sexuelle sur son filleul.

"La date envisagée pour ce procès est fixée pour l'instant au 14 juin" à Nanterre, a indiqué mercredi le ministère public à l'AFP, confirmant une information du site L'Informé.

Dominique Boutonnat, aujourd'hui âgé de 54 ans et qui conteste vigoureusement les faits reprochés, a été accusé en octobre 2020 par son filleul de faits remontant au mois d'août de la même année, lors de vacances en Grèce, quand ce dernier était âgé de 21 ans. Un juge d'instruction a ordonné en septembre 2022 son renvoi en procès, dont la date n'avait pas été dévoilée jusqu'à mercredi.

Dans la plainte consultée par l'AFP, le jeune homme accuse son parrain, avec qui il n'a pas de lien familial, d'avoir tenté de le "masturber" dans la nuit du 3 août 2020, après s'être baigné nu dans la piscine. "Je le masturbe pour qu'il arrête de me toucher", dénonce-t-il, assurant que son parrain avait ensuite essayé de lui imposer une fellation.

M. Boutonnat avait été mis en examen pour tentative de viol, mais le parquet avait finalement écarté cette qualification pour uniquement retenir l'agression sexuelle.

Depuis le début, le président du CNC évoque lui des "baisers consentis", "des gestes d'affection qu'il a stoppés quand il a senti de la part de son filleul que ce geste aurait pu dégénérer en autre chose", avait affirmé en 2022 son avocat Emmanuel Marsigny, annonçant déposer une plainte pour dénonciation calomnieuse.

Cette plainte a été classée pour infraction insuffisamment caractérisée en septembre 2022, précise le parquet.

- Reconduction controversée -

Le producteur et directeur du CNC Dominique Boutonnat au domaine du Grand Trianon, au sud-ouest de Paris, le 18 juillet 2022

Le producteur et directeur du CNC Dominique Boutonnat au domaine du Grand Trianon, au sud-ouest de Paris, le 18 juillet 2022

Ludovic MARIN - POOL/AFP/Archives

Malgré sa mise en examen, M. Boutonnat avait été reconduit à son poste par le gouvernement en juillet 2022.

La CGT-spectacle avait appelé à sa démission en octobre 2022, et le collectif 50/50, qui milite pour l'égalité, la parité et la diversité dans l'industrie cinématographique et audiovisuelle, avait déploré sa reconduction.

"A l'heure où il nous faut collectivement améliorer les outils pour lutter contre les violences et les harcèlements sexistes et sexuels (...) comment se faire entendre quand, à la tête du principal organisme du secteur, se trouve une personne elle-même mise en examen pour des faits qualifiés par la justice +d’agression sexuelle+?", interrogeait alors le syndicat.

Judith Godrèche, qui a porté plainte contre les cinéastes Benoît Jacquot et Jacques Doillon pour des faits remontant à son adolescence et milite pour la protection des enfants contre les violences sexuelles, particulièrement dans le milieu du cinéma français, a elle plaidé le 29 février lors d'une audition au Sénat pour la mise en "retrait" de ses fonctions de M. Boutonnat.

L'actrice Judith Godrèche lors de la 49e édition de la cérémonie des César à l'Olympia, le 23 février 2024

L'actrice Judith Godrèche lors de la 49e édition de la cérémonie des César à l'Olympia, le 23 février 2024

STEPHANE DE SAKUTIN - AFP/Archives

Pour l'actrice, avec M. Boutonnat à sa présidence, le CNC est un endroit où "se rendent les producteurs en rigolant parce qu'ils se disent +c'est drôle, je vais aller faire une formation contre les violences sexuelles à l'intérieur d'une institution dont le président est lui même accusé de violences sexuelles+", avait-elle lancé aux sénateurs.

L'actrice Adèle Haenel avait également mentionné en mai 2023 M. Boutonnat quand elle avait annoncé arrêter définitivement le cinéma, dénonçant ceux qui "se donnent la main pour sauver la face des Depardieu, des Polanski, des Boutonnat".

Interrogés par l'AFP, ni le CNC ni l'avocat de M. Boutonnat n'ont souhaité réagir.

Dominique Boutonnat, ancien producteur de cinéma, est depuis 2019 à la tête du très puissant CNC, un organisme sous la tutelle du ministère de la Culture, chargé de soutenir et règlementer le secteur du cinéma.

Le CNC a développé depuis 2020 toute une politique de lutte contre les violences sexistes et sexuelles, dans un secteur régulièrement secoué par des affaires ces dernières années.

Des formations obligatoires à la prévention de ces violences ont notamment été mises en place pour les entreprises du secteur, et sont devenues une condition pour toucher des aides publiques.

En 2019, la nomination de M. Boutonnat avait déjà suscité l’inquiétude du milieu du cinéma, dont une partie estimait que ce donateur de la première campagne électorale d'Emmanuel Macron souhaitait imposer une logique fondée sur la rentabilité, mettant en danger le cinéma d'auteur.

L'annonce de la date du procès intervient alors que le monde du cinéma connaît une déflagration, ébranlé par une succession d'accusations de violences sexuelles, de la part d'actrices mais aussi d'acteurs.

Par Joseph SOTINEL / Nanterre (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
23H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
12H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/