Christian Gérondeau : "Les particules fines dont tout le monde parle, il n'y en a plus !"

Christian Gérondeau, ingénieur polytechnicien et spécialiste des questions environnementales, était l’invité d'André Bercoff mercredi 19 juin sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Thumbnail

Christian Gérondeau : "Pratiquement tous les polluants ont disparu à Paris"

Christian Gérondeau, auteur de "L'air est pur à Paris mais personne ne le sait" aux éditions de L'Artilleur, explique que les niveaux de pollution n'ont jamais été aussi bas "Ce sont les chiffres d'Airparif qui le disent ! Quand on lit ses rapports, on est stupéfait, puisque pratiquement tous les polluants ont disparu à Paris. C'est assez normal, autrefois on se chauffait au charbon, il y a avait des usines qui crachaient des fumées oranges et des voitures qui polluaient : des gaz noirs sortaient des pots d'échappement. Tout ça est fini ! On a tout dépollué ! Et dans le même temps, on a réussi à faire croire aux Parisiens et aux autres que l'air était de plus en plus pollué".

L'ingénieur explique : "C'est là où il y a un vrai problème de société : comment se fait-il que les organismes officiels constatent que pour tous les polluants, la pollution a disparu, et qu'ils réussissent à faire croire exactement le contraire ? On est devant quelque chose, qui, à mon avis touche à la démocratie. On a des responsables, des ministres et jusqu'au chef de l'État, qui n'arrêtent pas de répéter que l'air est de plus en plus pollué, alors que c'est un mensonge". Mais comment se fait-il donc que tout le monde évoque sans cesse la pollution qui s'aggrave ? "Je me base sur des chiffres officiels !"

"Autrefois il y avait du plomb dans l'essence, on respirait donc du plomb et ce n'était pas bon"

"Pour illustrer mes propos, je prends un exemple simple. Autrefois, il y avait du plomb dans l'essence, on respirait donc du plomb et ce n'était pas bon. Tout le monde sait maintenant que l'essence est sans plomb. Autrefois, il y avait du souffre dans le diesel, on respirait des oxydes de souffre. Maintenant, il n'y a plus de souffre dans le diesel. Les particules fines dont tout le monde parle, il n'y en a plus ! Et donc l'air de Paris n'a pas plus de particules fines que celui de Rambouillet !"

"Une preuve : lors de l'incendie de Notre-Dame de Paris, les tours sont restées intactes. Regardez leur couleur ! Elles sont blanches et elles ont été ravalées il y a 4-5 ans, avant elles étaient ravalées tous les six mois et elles étaient noires. On se souvient du discours du Général de Gaulle lors de la Libération de Paris, Notre-Dame était noire derrière lui. Aujourd'hui, Notre-Dame est blanche et restera éternellement blanche parce qu'il n'y a plus de particules. Et on vous explique que ces particules fines c'est 20.000 morts par an. Pourquoi pas demain 100.000 ou 200.000 ?"

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !