CFDT Renault: "La fin de Renault d'ici la prochaine décennie si on va dans ce sens là"

Le fleuron au losange va t-il continuer à produire dans l'hexagone ? Son plan d'économies, officialisé ce vendredi, prévoit 15.000 suppressions de postes dans le monde, dont 4600 en France. Le constructeur automobile dit vouloir éviter les licenciements secs, mais la CFDT redoute la casse sociale et la fin annoncée de la production hexagonale à moyen terme.

(LOIC VENANCE / AFP)

Un projet "vital", a déclaré la directrice générale de Renault, Clotilde Delbos, dans un communiqué. Ce plan d'économies de 2 milliards d'euros devrait se traduire par des départs volontaires, des non-remplacements de départs en retraite, mais aussi des mesures de mobilité interne et de reconversion. Un nouveau mot d’ordre en rupture avec l’ère Carlos Ghosn, chez Renault comme chez Nissan : réduire les capacités de production, mais dans le but d'obtenir une meilleure rentabilité, après des pertes en 2019 aggravées par la crise sanitaire et le confinement. 15.000 postes supprimés, dont 2600 en France: ce plan d’économies devrait affecter les sites de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), Dieppe (Seine-Maritime) , Maubeuge (Nord), et la Fonderie de Bretagne de Caudan, dans le Morbihan. L’usine historique de Flins, 2600 salariés dans les Yvelines, devrait arrêter la production automobile après la fin de la Zoé électrique d'ici quelques années, récupérant alors l'activité recyclage du site de Choisy-le-Roi.

 

La CFDT dénonce une "casse sociale"

Dans un communiqué, la CFDT  indique vouloir se faire "entendre par tous moyens", face à cette "casse sociale". Négocier l’avenir de ces sites pour ne pas qu'ils ferment : c'est le le mot d’ordre ce vendredi matin de Franck Daoût, délégué central de la CFDT Renault, qui ne cache pas son inquiétude:

"Beaucoup d'inquiétude, pour l'avenir de Renault dans le monde, et surtout en France. Inquiétude sur la pérennité du tissu industriel de Renault. Dans ce qui est proposé (et sur lequel on va se battre), on risque de n'avoir demain plus que 400.000 voitures, véhicules particuliers fabriqués sur le sol français. Cela signifie la fin de Renault d'ici la prochaine décennie si on va dans ce sens là. Je vous signale quand-même qu'on est en train de décider d'un plan d'économies sans connaître la stratégie industrielle du groupe ! On n'a jamais vu ça dans aucune industrie !" - Franck Daoût, CFDT Renault

 

Franck Daoût participait à un rassemblement ce vendredi matin sur le site de Choisy-le-Roy, puis donne rendez-vous samedi à Maubeuge, avant un grand rassemblement national mardi ou mercredi.

 

Rassemblement devant la Fonderie de Bretagne de Caudan, jeudi 28 mai. (Fred TANNEAU / AFP)

 

Le détail du plan d'économies de Renault:

Renault supprime 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France