single.php

"Bonne descente!": à 20 mètres sous Paris, la passion impérissable des cataphiles

Des tags sur des kilomètres, de l'eau souvent jusqu'au genou, le dos courbé dans des galeries étroites, les catacombes illégales de Paris peuvent en refroidir plus d'un.

MIGUEL MEDINA - AFP

Des tags sur des kilomètres, de l'eau souvent jusqu'au genou, le dos courbé dans des galeries étroites, les catacombes illégales de Paris peuvent en refroidir plus d'un.

Tant mieux pour les passionnés d'histoire, d'aventure ou les fêtards, soucieux de préserver ce "havre de paix" d'une fréquentation exacerbée.

Ce samedi d'avril, un fin connaisseur des lieux donne rendez-vous à une équipe de l'AFP.

Interdiction de décrire l'entrée pour protéger l'exploration des quelque 285 kilomètres d'anciennes carrières souterraines, le terrain de jeu des cataphiles, ces amoureux de ce qu'on appelle à tort les catacombes.

Ces carrières, où été comme hiver il fait environ 15 degrés, sont situées entre six et 27 mètres sous terre et l'ossuaire rassemblant les restes humains de plusieurs millions de Parisiens, les catacombes proprement dites, n'en sont qu'une petite partie.

Un cataphile dans les carrières souterraines de Paris, appelées catacombes, le 20 avril 2024

Un cataphile dans les carrières souterraines de Paris, appelées catacombes, le 20 avril 2024

MIGUEL MEDINA - AFP

Devenues musée, elles accueillent, sur un parcours d'1,5 km, environ 600.000 visiteurs par an.

Quand on évolue dans ces boyaux, toujours regarder "en l'air et devant" pour éviter de se cogner, rappelle judicieusement le guide.

"Bonjour", dit un homme en passant vite, musique hip hop à plein volume. Il est le premier de la trentaine de personnes croisées en cinq heures de déambulation ce jour-là.

"Les cataphiles vous disent +non non, les carrières, on n'en parle pas+ mais ils emmènent tous leurs copains", peste notre guide, regrettant que la plupart des journalistes ne donnent de ces lieux qu'une vision festive.

les carrières souterraines de Paris, appelées catacombes, le 20 avril 2024

les carrières souterraines de Paris, appelées catacombes, le 20 avril 2024

MIGUEL MEDINA - AFP

"L'intérêt de montrer les carrières, c'est d'essayer d'expliquer que c'est un site historique", avance le cataphile, lampe sur le front, une de secours autour du cou.

"Il y a même des inscriptions officielles qui ont été apposées dans les carrières au XVIIIe siècle pour lesquelles on n'a pas encore d'explications", selon ce vétéran des sous-sols qui a connu une période sans tags.

Il s'inquiète pour ces traces historiques, recouvertes de graffitis, "de plus en plus difficiles à observer".

Depuis 1777, ces lieux sont surveillés et consolidés par l'Inspection générale des carrières, créée par le roi Louis XVI après une série d'effondrements dans d'anciennes carrières.

- "Cataflics" -

Virage à gauche pour admirer un puits d'eau turquoise, l'éclaireur disparaît. On le retrouve discutant avec deux lycéens et un groupe équipé de casques de vélo.

Un puits d'eau couleur turquoise dans les carrières souterraines de Paris, le 20 avril 2024

Un puits d'eau couleur turquoise dans les carrières souterraines de Paris, le 20 avril 2024

MIGUEL MEDINA - AFP

Nicolas (prénom modifié, il a souhaité garder l'anonymat), 18 ans, descend au moins une fois par semaine depuis un an et demi. Le lycéen versaillais, comme notre guide, dénonce les tags et admire le "patrimoine".

Il évoque cette fois où, seul, il a fait une chute de plusieurs mètres, sans trop se blesser, son "seul coup de stress", affirme-t-il, comme un rappel de la dangerosité du lieu.

Au loin, une musique se rapproche. Deux joyeux lurons, les pieds dans l'eau, passent avec leurs émanations d'alcool. "T'inquiète, c'est pas les keufs", crie l'un d'eux à un troisième resté derrière.

En effet, il est interdit de circuler dans les carrières depuis un arrêté préfectoral de 1955 et la police rôde.

Une plaque bleue en l'honneur de JC Saratte, le fonctionnaire qui a cofondé en 1980 la police des carrières, dans une galerie des catacombes, le 20 avril 2024 à Paris

Une plaque bleue en l'honneur de JC Saratte, le fonctionnaire qui a cofondé en 1980 la police des carrières, dans une galerie des catacombes, le 20 avril 2024 à Paris

MIGUEL MEDINA - AFP

Le guide, qui s'est déjà fait verbaliser, s'arrête devant une plaque bleue en l'honneur de JC Saratte, le fonctionnaire qui a cofondé en 1980 la police des carrières.

En 2000, pour sa retraite, "les cataphiles ont organisé une gigantesque fête, pas pour dire +chouette, on est débarrassé de lui+, mais pour dire +merci pour ce moment+", se remémore notre fin connaisseur.

"On faisait partie de leur microcosme, c’est pour ça qu'ils nous appelaient les +cataflics+", explique, joint par l'AFP, Jean-Claude Saratte.

Cet ancien spéléologue amateur garde un "excellent souvenir" de ces années à patrouiller dans les carrières, "un havre de paix".

Son équipe avait constitué une base de données des cataphiles (à partir de leur surnom, pratique habituelle chez les férus des sous-sols) utile en cas de disparition.

Un cataphile, lampe frontale sur la tête, avance les pieds dans l'eau dans les carrières souterraines de Paris, le 20 avril 2024

Un cataphile, lampe frontale sur la tête, avance les pieds dans l'eau dans les carrières souterraines de Paris, le 20 avril 2024

MIGUEL MEDINA - AFP

Avec parfois des "détails cocasses", raconte le septuagénaire, comme ce jour où un homme "était parti roupiller chez sa maîtresse", ayant dit qu'il descendait dans les carrières.

Le cataphile était alors plutôt un homme de 25 ans ou moins, souvent étudiant. "C'est plutôt un public parisien, plutôt diplômé, plutôt classe moyenne-classe supérieure", assure le sociologue Florian Dauphin, qui a enquêté dans les années 2010 sur cette population discrète.

- "C'est chouette" -

"Je suis venue te dire que je t'aimais", un dessin en hommage à la chanteuse récemment décédée Jane Birkin, sous le cimetière du Montparnasse, dans les carrières souterraines de Paris, le 20 avril 2024

MIGUEL MEDINA - AFP

Sous le cimetière du Montparnasse, où les tags sont quasiment inexistants, notre guide recherche un dessin en hommage à Jane Birkin.

Il trouve le visage croqué sur la pierre, pile, selon lui, en dessous de sa tombe, accompagné de ces mots: "Je suis venue te dire que je t'aimais".

Sous les pavés, direction La Plage, une salle où le sol ressemble à du sable et le mur est repeint de vagues.

Un premier groupe, composé de six Argentins dont quatre touristes, nom donné aux néophytes des carrières, arrive.

Dans le second, les guides sont deux femmes.

La salle des carrières souterraines baptisée La Plage, le 20 avril 2024  à Paris

La salle des carrières souterraines baptisée La Plage, le 20 avril 2024 à Paris

MIGUEL MEDINA - AFP

Il y a dix ans, quand Cécile (prénom d'emprunt, elle a souhaité garder l'anonymat), la trentaine, a commencé, elles étaient peu nombreuses. Dorénavant, "il y en a quand même pas mal et c'est chouette."

En s'éclipsant, tradition oblige, les groupes se souhaitent une "bonne descente".

Par Antoine BOYER et Pierrick YVON / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
10H
09H
08H
07H
06H
04H
02H
23H
22H
Revenir
au direct

À Suivre
/