single.php

A Arras, Attal affirme que l'école est "la meilleure arme" contre le terrorisme

L'école est "la meilleure arme pour combattre" les terroristes, a affirmé Gabriel Attal lundi à Arras, à l'occasion de l'hommage annuel aux victimes du terrorisme, dans la ville où l'enseignant Dominique Bernard a été tué il y a cinq mois par un ancien élève radicalisé.

Denis Charlet - AFP/Archives

L'école est "la meilleure arme pour combattre" les terroristes, a affirmé Gabriel Attal lundi à Arras, à l'occasion de l'hommage annuel aux victimes du terrorisme, dans la ville où l'enseignant Dominique Bernard a été tué il y a cinq mois par un ancien élève radicalisé.

"Les terroristes haïssent l'école, c'est normal: l'école est la meilleure arme pour les combattre", a déclaré le Premier ministre. "La victoire de l'école sonnera le glas de l'obscurantisme" et en particulier de "l'obscurantisme islamiste qui veut mettre à bas notre école pour ses valeurs", a-t-il ajouté.

"L'école est notre plus grande force pour bâtir un avenir de concorde, de civisme, de paix et de respect", a-t-il insisté. Autant de qualités "qu'incarnait Dominique Bernard, mort parce qu'il était professeur, tombé parce qu'il voulait protéger son école, protéger les élèves".

C'est en hommage au professeur de français, poignardé à mort devant son établissement le 13 octobre par un ancien élève âgé de 20 ans et fiché pour radicalisation islamiste, que le chef du gouvernement a souhaité organiser à la citadelle d'Arras cette cérémonie pour les victimes du terrorisme.

- "Affronter le danger" -

Des fleurs déposées à l'extérieur du lycée Gambetta pour le professeur de français Dominique Bernard, décédé dans une attaque au couteau le 13 octobre, à Arras

Des fleurs déposées à l'extérieur du lycée Gambetta pour le professeur de français Dominique Bernard, décédé dans une attaque au couteau le 13 octobre, à Arras

Denis Charlet - AFP/Archives

L'attaque d'Arras a cependant ravivé le souvenir du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, décapité près de son collège dans les Yvelines le 16 octobre 2020 après avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet lors de cours sur la liberté d'expression.

Deux meurtres qui n'ont "rien d'un hasard" car "l'école, c'est ce qui élève", a souligné M. Attal, qui était ministre de l'Education nationale au moment de l'assassinat de Dominique Bernard.

A son arrivée en début de journée, le Premier ministre s'était d'abord rendu au collège-lycée Gambetta, lieu du drame, pour échanger avec des élèves puis des enseignants, et leur renouveler le "soutien de la Nation" cinq mois après le drame.

"Il nous a dit de rester soudés", a raconté Silyan, ancien élève de Dominique Bernard. "Mais il faut passer à autre chose maintenant", a ajouté le collégien de 4e. Pour les enseignants, en revanche, "le traumatisme est encore extrêmement présent, les besoins des collègues extrêmement importants", a souligné Catherine Piecuch, responsable locale du syndicat FSU.

M. Attal a ensuite remis les insignes de la Légion d'honneur aux cinq personnes de l'établissement qui sont intervenues lors de l'attaque. "En protégeant notre école, c'est toute notre jeunesse que vous avez protégée", a-t-il lancé, saluant le "courage" et la "bravoure" de "ces femmes et ces hommes qui ont vu la mort en face et ont choisi d'affronter le danger pour sauver des vies".

La cérémonie officielle a été ponctuée de prises de parole et d'intermèdes musicaux, devant 600 personnes dont le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, et Marine Le Pen, cheffe du groupe RN à l'Assemblée et députée du Pas-de-Calais.

- Inondations -

Après la cérémonie, M. Attal s'est rendu auprès des sinistrés des inondations dans le Pas-de-Calais, comme il l'a déjà fait à deux reprises depuis son arrivée à Matignon.

Des sauveteurs en bateau sur le Gardon pour rechercher des personnes disparues, le 10 mars 2024 à Russan, dans le Gard

Des sauveteurs en bateau sur le Gardon pour rechercher des personnes disparues, le 10 mars 2024 à Russan, dans le Gard

CLEMENT MAHOUDEAU - AFP

Devant des habitants de La Caloterie, le Premier ministre a promis que le délai d'indemnisation des assurances serait "divisé par deux", de 21 jours à 10 jours maximum.

Pour les travaux urgents, en lien avec les collectivités, des mesures de simplification seront maintenues deux mois supplémentaires, jusqu'au 31 mai, notamment pour "faciliter le curage" des cours d'eau.

De violentes intempéries ont aussi touché dimanche le sud-est de la France, où les corps de cinq personnes ont été retrouvés dans le Gard et l'Hérault, et que des centaines de secouristes recherchent toujours trois autres personnes, dont deux enfants d'une même famille.

Ces personnes ont notamment été emportées en tentant de traverser en voiture des ponts sur des cours d'eau en crue.

"La Nation se tient solidaire", a réagi sur le réseau social X Gabriel Attal, remerciant "vivement" les "forces de secours (...) sur le pont et mobilisées".

Par Anne RENAUT et Béatrice JOANNIS / Arras (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
04H
03H
23H
21H
20H
18H
17H
16H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/