Sugar Daddy : Marlène Schiappa va étudier la pub accusée de vanter la prostitution

La secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes était l'invitée du Grand Matin Sud Radio.

Thumbnail

Un véhicule publicitaire qui circule dans Paris et qui propose aux étudiants de gagner de l'argent en sortant avec un homme ou une femme plus âgée. Mercredi, la mairie de Paris a saisi la justice, y voyant une promotion de la prostitution.

Invitée du Grand Matin Sud Radio, Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes, a annoncé qu'elle et ses services étaient également en train d'étudier la question.

"C'est présenté comme un bus de site de rencontres entre jeunes et personnes plus âgées et riches, c'est effectivement problématique, a reconnu Marlène Schiappa. Il faut regarder s'il s'agit de rencontres consenties ou de proxénétisme, d'une forme d'incitation à la prostitution, ce qui, là, pourrait tomber sous le coup de la loi. On est en train de regarder précisément les aspects juridiques de ce sujet."

"Le message est de dire qu'on pourrait marchandiser les corps et les relations. C'est choquant"

 

 

"J'ai été saisie, a ajouté la secrétaire d'État. Notre baromètre, c'est la loi, est-ce qu'on respecte la loi ou pas. Là, très honnêtement, il y a un doute. C'est choquant, de manière générale, parce que le message est de dire qu'on pourrait marchandiser les corps et les relations. Ça pose un certain nombre de questions.

Je suis très heureuse que Valérie Boyer daigne enfin s'intéresser au sujet du harcèlement de rue, maintenant qu'il devient médiatique

Interrogée sur la question du harcèlement de rue, après les critiques formulées par Valérie Boyer sur notre antenne mercredi matin à propos d'une mise à l'écart des Républicains du groupe de travail, Marlène Schiappa a répondu de manière cinglante : "J'ai annoncé la création de ce groupe de travail à la délégation que préside Valérie Boyer au mois de juin. Elle n'a pas daigné se déplacer. Je suis très heureuse qu'elle daigne enfin s'intéresser au sujet du harcèlement de rue, maintenant qu'il devient médiatique. Et Les Républicains qui travaillent avec le Gouvernement sont en procédure d'exclusion, donc à un moment donné, qu'ils se mettent d'accord ! Les parlementaires sont toutes et tous associés à ce travail. Si ce sujet l'intéressait, elle aurait pu s'en saisir et elle pourra ensuite déposer un amendement. On travaille avec les gens qui veulent travailler et qui sont constructifs, pas ceux qui font des esclandres avec un cynisme incroyable."

Accès des enfants à la pornographie : "C'est un véritable problème"

La secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes a également évoqué la question de l'accès à la pornographie des jeunes enfants, après l'intervention du ministre de l'Éducation nationale, mercredi à l'Assemblée nationale, qu'ils allaient, Marlène Schiappa et lui, se saisir de ce sujet. "C'est un véritable problème. On ne peut pas tolérer en France que des enfants de 7 ou 11 ans soient confrontés à des images pornographiques et que ce soit leur première représentation de ce que doivent être les relations entre les femmes et les hommes. Il y a tout un travail culturel à cet égard. C'est un travail que nous menons avec le ministre de l'Éducation nationale. Nous commençons un travail de construction à cet égard, nous ferons les annonces précises en temps voulu."

Écoutez l'interview de Marlène Schiappa, invitée du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard