single.php

Sortie de l’euro : Florian Philippot tente d’expliquer la confusion au sein du FN

Par Benjamin Jeanjean

Alors que la question de la sortie de l’euro a été la source de plusieurs incompréhensions au sein du FN lors de la campagne de l’entre-deux-tours, Florian Philippot est revenu sur cet épisode ce lundi.

David Rachline, Nicolas Bay, Florian Philippot et Gilbert Collard (©PATRICK KOVARIK  - POOL  AFP)

Sortie de l’euro, pas sortie de l’euro ? Entre les deux tours de l’élection présidentielle, le Front national a soufflé le chaud et le froid sur cette question sensible pour de nombreux Français réfractaires à l’idée de faire le saut dans le grand inconnu que représentait un changement de monnaie. D’où l’émergence – très contestée aujourd’hui – d’une proposition de « double monnaie » qui permettrait notamment de conserver l’euro pour les transactions financières. Mais les responsables politiques du parti n’ont clairement pas su rassurer les Français sur cette question, comme le confirme ce lundi Florian Philippot.

"On n’a jamais été favorables à la double monnaie"

"J'ai senti la dernière semaine cette inquiétude sur la double monnaie : on n'a jamais été favorables à la double monnaie mais on a fait croire qu'on était favorables à une double monnaie, c'est quand même extraordinaire. On a fait croire aux Français qu'il y aurait deux monnaies dans le portefeuille, ce qui était faux, ça n'a jamais été notre ambition. Ça a stressé tout le monde", a déclaré ce lundi le vice-président du parti sur le plateau de Paris Première et Radio Classique.

"Je vois l’accueil que j’ai dans les fédérations"

Alors que ce débat sur la transformation de l'euro "monnaie unique" en euro "monnaie commune" agite le Front national et ses alliés ces derniers jours, Florian Philippot souhaite "réfléchir à la manière de présenter les choses". Si plusieurs poids lourds de la campagne de Marine Le Pen (Nicolas Bay, Louis Aliot, Gilbert Collard, Robert Ménard) s’opposent à lui sur cette question, le député européen assure être soutenu en interne. "Je vois l'accueil que j'ai dans les fédérations, je suis l'un des cadres qui tournent le plus, les militants sont très heureux, ils se battent pour la souveraineté nationale et l'indépendance de la France, c'est une évidence", argue-t-il.

L'info en continu
03H
01H
23H
22H
21H
19H
18H
17H
16H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/