NUPES : "Il n’y a pas de tensions entre nous" assure Adrien Quatennens

Adrien Quatennens, député LFI du Nord et coordinateur de La France Insoumise, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Adrien Quatennens, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 10 mai, dans "le petit déjeuner politique".

Derniers arbitrages pour la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) pour les législatives, révision des traités soutenue par Emmanuel Macron, propositions de la France Insoumise, condamnation de François Fillon : Adrien Quatennens a répondu aux questions de Patrick Roger.

Adrien Quatennens - NUPES : "Il n’y a pas de tensions entre nous"

Taha Bouhafs ne devrait finalement pas être candidat aux législatives dans le Rhône. "J'ai découvert, comme vous, son communiqué" assure Adrien Quatennens. "Je prends acte de sa décision, il estime ne pas être en mesure se présenter." Il y a selon le coordinateur de La France Insoumise "un constat d'échec derrière cette décision. On peut s'inquiéter du fait que des habitants de cités populaires, qui décident de s'engager en politique, qui n'ont pas la parole calibrée, subissent des campagnes de calomnie comme celle qu'a subi Taha Bouhafs, ces dernières semaines." "Il n'a pas été très invité sur les plateaux de télévision déplore Adrien Quatennens. Tout le monde parle de lui, mais il aurait pu s'exprimer et dire quel était le sens de son combat politique."

Fabien Roussel, qui a passé un accord avec LFI, a critiqué cette candidature. Mais Adrien Quatennens affirme qu'il n'y a pas eu de pression de la part de LFI. "Dans l'accord politique global, que nous avons avec nos partenaires, si les uns les autres nous mettons à décider, pour nos partenaires, qui sont ou qui ne sont pas candidats, on ne va pas s'en sortir. Il n'y a pas de tensions entre nous tient-il à préciser. Le sujet important est ce que nous arrivons à faire en ce moment. La démonstration que nous pouvons nous regrouper autour d'un programme de rupture. Un signal puissant pour ces millions de femmes et hommes restés sur le carreau du résultat de l'élection à la présidentielle. C'est encore possible au mois de juin".

 

"Emmanuel Macron fait son marché entre la planification écologique, la révision des traités"

Dans son discours devant le parlement européen, Emmanuel Macron s'est dit favorable à une révision des traités européens. Il soutient l'idée qu'il faudrait arrêter de voter à l'unanimité, pour aller parfois plus vite. Pour Adrien Quatennens, "peut-être parce qu'il craint ce que nous sommes en train de faire, Emmanuel Macron fait son marché entre la planification écologique, la révision des traités." "Sur l'Europe, quand nous parlons de désobéissance, ce n'est pas un but politique assure le coordinateur de LFI. Mais il s'agit de dire que si les Français votent pour un programme de rupture, en cas d'obstacles à l'application de ce programme, nous les lèverons au cas par cas".

"S'il s'agit de faire mieux socialement et écologiquement, nous sommes prêts à désobéir. Nous disons 'désobéir', certains de nos partenaires disent 'déroger.' Il n'y a pas de rupture écologique, sociale et démocratique possible dans le cadre strict du respect de ces traités." Adrien Quatennens rappelle "qu'en 2005, les Français se sont prônés sur la question des traités européens. Ils n'ont pas dit non à l'Europe, mais ils ont dit non à cette construction particulière qui impose la libre-concurence et empêche l'harmonisation sociale et fiscale. Si pour faire mieux socialement et écologiquement il fallait, ça et là, désobéir au cas par cas, nous y serions prêts."

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"