"Mélenchon peut être Premier ministre", affirme Clémence Guetté

"Le programme de NUPES est historique par son ampleur et notre ambition", selon Clémence Guetté. La responsable du programme l'Avenir en commun et candidate NUPES aux législatives, était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Mélenchon
Clémence Guetté, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le vendredi 20 mai, dans "le petit déjeuner politique".

Remaniement du gouvernement, programme commun pour l'alliance de la gauche, Jean-Luc Mélenchon Premier ministre : Clémence Guetté a répondu aux questions de Patrick Roger.

 

"C'est un gouvernement intérimaire" avant Mélenchon

Alors que la liste du nouveau gouvernement se fait toujours attendre, Clémence Guetté ironise sur la longévité du mandat d'Élisabeth Borne à Matignon. "Elle n'est là que pour un mois. On compte bien faire en sorte que Jean-Luc Mélenchon soit à Matignon", commente la responsable du programme de l'alliance NUPES. Selon elle, "il y a peu de suspense sur le type de politique qui sera appliqué" par le gouvernement Borne. Si le Premier ministre est issue de la gauche, la candidate insoumise souligne "qu'il faut des actes pour se montrer de gauche. Il faudra faire autre chose".

Pour la jeune responsable insoumise, il s'agira d'un "gouvernement intérimaire", l'alliance de la gauche pouvant devenir majoritaire à l'Assemblée nationale. Pour cela, il faudra faire élire plus de 289 députés dans tout le pays. "Jean-Luc Mélenchon peut être Premier ministre", assure-t-elle. Et rappelle que la Nouvelle union populaire écologique et sociale (NUPES) arrive en tête au premier tour, avec 30% des suffrages au niveau national.

 

"On est d'accord sur l'essentiel"

Pour gouverner, l'alliance des quatre partis de gauche a convenu d'un programme commun de 650 propositions. Si les quatre formations politiques à l'origine de l'alliance ne sont pas d'accord sur tout, "on est d'accord sur l'essentiel", se félicite Clémence Guetté. "Un programme historique par son ampleur et son ambition. Réalisé en trois semaines avec quatre formations politiques qui avaient des candidats à la présidentielle", souligne la responsable insoumise.

Et pour les "33% de nuances" qui concilient les différences programmatiques entre les partis, ce ne sera pas forcément le gouvernement qui tranchera. "On va faire vivre le débat parlementaire", promet Clémence Guetté. Elle assure que les députés communistes ou socialistes "auront une liberté de vote". "On ne veut pas de députés Playmobil qui votent comme on leur demande", note l'insoumise, visant les députés de la majorité présidentielle sortante. Et si le Parlement n'arrive pas à trancher sur une question, "on peut faire des référendums et consulter le peuple français", répond la candidate aux élections législatives.

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"