single.php

Front national : Robert Ménard égratigne Florian Philippot et Marine Le Pen

Par Benjamin Jeanjean

Élu à la mairie de Béziers avec le soutien du Front national, Robert Ménard n’en a pas moins gardé toute sa liberté de parole, comme en témoigne sa nouvelle contribution au débat sur l’avenir du parti.

Thumbnail

Figure du Rassemblement Bleu Marine en compagnie de Gilbert Collard, Robert Ménard n’est pas un membre officiel du Front national mais a soutenu ce dernier dans les dernières élections, lui qui a été élu maire de Béziers avec le soutien explicite de Marine Le Pen. Une position qui lui permet notamment de ne pas mâcher ses mots dès lors qu’il s’agit de commenter ou d’analyser l’actualité du parti frontiste, actuellement en pleine réflexion sur son avenir. Alors que le FN va soumettre un questionnaire "complet" à ses adhérents en septembre en prévision d’un congrès très attendu début 2018, l’édile biterrois s’est fendu d’une "Lettre ouverte à [ses] amis du Front national", publiée par le Figaro, pour donner son avis sur l’orientation que devrait prendre le parti.

Demandant notamment au Front national de se rendre "plus fréquentable" auprès de la droite "classique" et de "ne pas mettre tous les responsables des Républicains dans le même panier", l’ancien président de Reporters Sans Frontières souhaite "s'appuyer sur une jeune génération de militants aguerris dans les rangs de la Manif pour tous" et "s'inspirer du travail de ces élus locaux - souvent "divers droite" - qui se coltinent le réel".

"Les pas de danse le soir de la défaite resteront longtemps dans ma mémoire"

Mais Robert Ménard va plus loin et s’en prend également à Marine Le Pen, jugeant "calamiteux" son débat de second tour face à Emmanuel Macron et regrettant son attitude le soir de la défaite. "Les pas de danse esquissés le soir de la défaite alors que des millions de Français portaient le deuil d'un score humiliant resteront pour longtemps dans ma mémoire", lâche-t-il en référence à la soirée de second tour de Marine Le Pen dans un restaurant du bois de Vincennes. Le maire de Béziers ose même mettre sur la table ce qu’il considère comme un "tabou" : "si Marine Le Pen a su sortir le FN de l'attitude uniquement protestataire où le cantonnait son père, est-elle aujourd'hui en position de le porter au pouvoir ?", se demande-t-il.

Enfin, sans surprise, il a également envoyé une énième petite pique à Florian Philippot qui, de notoriété publique, n’est pas son plus grand soutien au sein du Front national. Il appelle ainsi à "en finir avec cette vieille chimère d'une alliance possible avec les "souverainistes de gauche", une ligne incarnée aujourd'hui par Florian Philippot, manifestement plus soucieux de son avenir que de celui de son parti".

L'info en continu
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/