Mis en cause dans l’affaire des assistants parlementaires du MoDem, François Bayrou a annoncé ce mercredi sa décision de quitter le gouvernement d’Édouard Philippe. Le ministre de la Justice a été suivi dans sa décision par Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes.

C’est sans doute le premier grand temps fort politique du quinquennat d’Emmanuel Macron. Allié du président de la République depuis la campagne présidentielle et nommé par ce dernier ministre de la Justice, François Bayrou a annoncé à l’AFP ce mercredi matin son intention de quitter le gouvernement d’Édouard Philippe, à quelques heures à peine du remaniement ministériel attendu après les élections législatives. Cette décision fait par ailleurs suite à "l’exfiltration" de Richard Ferrand, autre poids lourd du gouvernement, qui a quitté en début de semaine son poste de ministre de la Cohésion des Territoires pour prendre (probablement) la tête du groupe parlementaire LREM à l’Assemblée nationale.

Alors qu’il avait fait de son projet de loi sur la transparence et la moralisation de la vie publique son grand cheval de bataille de début de quinquennat, François Bayrou avait vu ces derniers jours sa position grandement fragilisé par l’affaire dite des assistants parlementaires du MoDem. Une affaire qui a déjà poussé la ministre des Armées Sylvie Goulard à présenter, elle aussi, sa démission du gouvernement mardi après-midi.

Enfin, la ministre des Affaires européennes et proche de François Bayrou, Marielle de Sarnez, a emboîté le pas du président du Modem en quittant elle aussi le gouvernement ce mercredi. Elle devrait prendre la tête du groupe parlementaire MoDem à l'Assemblée nationale.

François Bayrou donnera une conférence de presse à 17h ce mercredi pour revenir sur ce choix. 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio