Convoi de la liberté : "Monsieur Darmanin, ça va bien se passer !" assure Adrien Quatennens

Convoi de la liberté : "Monsieur Darmanin, ça va bien se passer !" assure Adrien Quatennens, député LFI du Nord et coordinateur de la France Insoumise. Il était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Convoi de la liberté
Adrien Quatennens, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 11 février, dans "le petit déjeuner politique".

Convoi de la liberté, contestation sociale, pass vaccinal, campagne des présidentielles, nucléaire : Adrien Quatennens a répondu aux questions de Patrick Roger.

Adrien Quatennens - Convoi de la liberté : "Monsieur Darmanin, ça va bien se passer !"

Le convoi de la liberté roule vers Paris pour y organiser une grande manifestation samedi 12 février. Mais la préfecture de Police de Paris interdit le rassemblement, pour menace de trouble à l'ordre public. "Notre position est assez similaire à celle du début du mouvement des Gilets Jaunes, affirme Adrien Quatennens. Je vois des gens qui veulent se mobiliser essentiellement sur deux choses : l'abrogation du pass vaccinal et le pouvoir d'achat, qui est la préoccupation principale des Français. Ce mouvement doit être soutenu sur la base de ces revendications". Le député alerte toutefois : "ces mouvements veillent à ne pas être récupérés. Je ne voudrais pas que notre parole de politique vienne les entraver dans ce qu'ils veulent faire. Je sais qu'il y a des Insoumis qui y seront, mais je ne veux pas donner l'impression d'une récupération politique. Il faut laisser ce monument vivre".

Et "J'ai envie de dire à Monsieur Darmanin, comme lui le disait il y a quelques jours, comme il a l'air très nerveux, que 'ça va bien se passer !' C'est aussi la démocratie la mobilisation". Pour les Gilets Jaunes, qui ont provoqué le chaos, "le gouvernement avait joué le pourrissement et la France a été montrée du doigt pour sa mauvaise gestion du maintien de l'ordre, rappelle Adrien Quatennens. Le gouvernement a eu tort de considérer ces derniers mois que comme les Gilets Jaunes étaient pour beaucoup rangés dans la boîte à gants des voitures, la France des délaissés avait disparu. La France est toujours dans une situation d'urgence sociale, affirme le député. Elle se double de toutes les mesures liberticides".

 

"Le modèle du tout nucléaire a vécu, il est aujourd'hui obsolète"

Emmanuel Macron a annoncé lors de son déplacement à Belfort des investissements dans la filière nucléaire, pour que la France garde une certaine indépendance. Mais "Il faut voir dans quoi on investit !", souligne Adrien Quatennens. "Le président de la République a parlé d'un choix de la Nation alors que ni vous ni moi n'avons eu à nous prononcer sur ce choix". Pour le député, "les choix énergétiques, qui nous engagent pour des générations, doivent être des choix démocratiques. Ce sujet doit être au coeur des élections présidentielles".

Le Président a en effet "laissé la France s'enfoncer pour des générations dans un modèle obsolète du tout nucléaire, estime Adrien Quatennens. Il a reporté le calendrier de tous ses objectifs en matière d'énergie renouvelable, en passant de 2035 à 2050. Il a annoncé la construction d'EPR alors qu'il n'y en a toujours pas un seul qui fonctionne. Le modèle du tout nucléaire a vécu, il est aujourd'hui obsolète. Nous croyons en ces scénarios qui existent pour se passer du nucléaire en 2050 à condition de le planifier. Il faut mettre le paquet dans les énergies renouvelables. Ce que nous voulons, c'est un objectif 100% énergies renouvelables à horizon 2050".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"