single.php

Collomb : "Sans Macron, ce Gouvernement serait totalement désespérant"

Par Jérémy Jeantet

Le sénateur-maire de Lyon a vanté les mérites d'Emmanuel Macron, qui "apporte une voix nouvelle dans le paysage politique" et qui pourrait être l'alternative pour la présidentielle si François Hollande ne remonte pas dans les sondages.

Invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat, le sénateur-maire PS de Lyon Gérard Collomb a évoqué la possible candidature d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle de 2017."Il faut aérer la vie politique, donner de la réflexion et essayer de rassembler au-delà des partis politiques, a expliqué Gérard Collomb. C'est pour cela, par exemple, que je soutiens la démarche d'Emmanuel Macron, parce qu'elle me semble ouvrir un jeu politique qui aujourd'hui, me semble trop refermé avec des partis repliés sur eux-mêmes."Une candidature qui pourrait intervenir si François Hollande n'est pas en mesure de briguer un nouveau mandat : "Il ne sera pas candidat contre François Hollande. Soit François Hollande réussit à refaire le terrain qu'il a perdu et, dans ce cas-là, je pense qu'il sera candidat, soit il reste à un niveau de popularité qui est celui d'aujourd'hui et je ne vois pas François Hollande partir si c'est pour être éliminé au premier tour. À ce moment-là, la voie se dégage et des personnalités comme Emmanuel Macron, qui ont de l'originalité, de la fraîcheur, qui représentent quelque chose de nouveau dans le paysage politique, peuvent effectivement faire entendre leur voix."

La loi Travail, "un dossier mal engagé dès le début"

Dans tous les cas, explique Gérard Collomb, Emmanuel Macron ne s'inscrira pas dans la primaire de la gauche, "il est dans un chemin qu'il essaie de tracer et une voix originale qu'il essaie de faire entendre. D'une certaine manière, il apporte quelque chose de complémentaire. Imaginez que Macron n'existe pas dans le paysage politique. Franchement, ce serait un Gouvernement totalement désespérant."Un Gouvernement avec lequel le maire de Lyon est beaucoup moins tendre que le ministre de l'Economie, considérant que le dossier de la loi Travail a "été mal engagé dès le début" ou encore que le Parti socialiste "n'avait pas préparé l'alternance", est arrivée "sans projet" et qu'il "a fallu attendre 2 ou 3 ans pour qu'un certain nombre de mesures soient prises".Regardez l'interview de Gérard Collomb, sénateur-maire PS et président de la Métropole de Lyon, invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/