Cabinets de conseils : un coût d’un milliard et demi par an à l’État

Combien coûtent les cabinets de conseils à l’État ? Depuis quand fait-on appel à eux et quelle est leur utilité ? Mathieu Aron et Caroline Michel-Aguirre, journalistes d’investigation étaient les invités de “Bercoff dans tous ses états" pour leur livre Les infiltrés aux éditions Allary, sur l’influence de McKinsey et des autres cabinets privés sur la politique publique.

Mathieu Aron et Caroline Michel-Aguirre
Mathieu Aron et Caroline Michel-Aguirre, invités d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Les cabinets de conseils privés. Ce monde de l’ombre. Un monde obscur, qui agit sur la politique publique sans que l’on ne s’en rende compte au quotidien. Parmi eux, on retrouve le cabinet McKinsey. Peut-être le plus connu de tous. Ce dernier a percé dans la politique française depuis 2007, sous l’ère de Nicolas Sarkozy. Quelle est la vraie influence de ces entités ? Font-ils vraiment la pluie et le beau temps en politique ?

Le système des cabinets de conseils

Pour en parler, André Bercoff recevait sur Sud Radio les journalistes Mathieu Aron et Caroline Michel-Aguirre, auteurs de Les infiltrés, publié aux éditions Allary. Un ouvrage qui revient sur ladite influence du cabinet McKinsey, entre autres, sur la politique française. Tout commence en 2007 avec la révision générale des politiques publiques (RGPP) de Nicolas Sarkozy. Une loi qui prévoyait le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, mais surtout de faire appel à une armée de consultants.

"On les a déployés dans tous les ministères, dans toutes les agences, et le gouvernement leur donne les mains libres, pour dégager des économies. Pendant cinq ans, une armada de consultants se met en place dans tous les ministères. C’est le début d’un système qui se met en place. On leur passe les manettes. Ce système n’est pas dit, il est secret. C’est resté comme cela jusqu’à aujourd’hui" explique Caroline Michel-Aguirre, l’une des auteurs de Les Infiltrés.

Cabinets de conseils : Qui sont-ils ?

Ils sont partout, mais qui sont-ils ? "Il y a les grands cabinets de conseils connus dans le monde entier, ce sont les cabinets de conseils en stratégie. Ils conseillent de grands groupes industriels ou des gouvernements sur la stratégie à suivre. C’est un rôle éminemment politique. Le plus connu d’entre eux, c’est le cabinet de conseil américain McKinsey. Derrière, on retrouve le Boston Consulting Group. C’est la première famille de cabinets" ajoute Mathieu Aron.

Ensuite, on retrouve de plus petits cabinets, spécialisés dans le management. "On va aller conseiller dans les administrations, les cadres, pour savoir comment ils peuvent mieux manager. Et puis vous avez enfin, et ils sont très importants, les grands cabinets spécialisés dans le numérique. Pour ce qui est des services publics, la numérisation est un élément central. Et là, on retrouve des mastodontes, comme Accenture, qui représente entre 600 et 700.000 personnes dans le monde, ou encore le Français Cap Gemini" lance-t-il également.

Combien ça coûte au contribuable ?

Faire appel à ce genre de cabinets a évidemment un coût. Surtout quand il s’agit d’argent public. À ce sujet, Mathieu Aron explique qu’au terme de ses investigations avec Caroline Michel-Aguirre, ils se sont rendus compte qu’il n’existait aucun chiffre dans la comptabilité officielle. "Ce chiffre, soit on ne l’a pas cherché, soit on ne le fait pas apparaître. Toujours est-il que ce chiffre est en partie inconnu" précise-t-il.

Une commission d’enquête sénatoriale s’est depuis mise à travailler sur la question des cabinets de conseil. Ce qui a poussé le gouvernement à avancer un chiffre. "A minima, ce chiffre est de 145 millions d’euros annuels. Nous on estime que le vrai chiffre est dix à quinze fois supérieur. On dépasserait le milliard et demi de chiffre annuel" avance Mathieu Aron. Et Caroline Michel-Aguirre de conclure : "c’est tellement flou, y compris pour l’État, qu’il se contredit, ne donne pas les mêmes chiffres. Y compris sur l’utilité de ces cabinets". Une nébuleuse percée à quelques jours du scrutin de l’élection présidentielle.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.