"À vouloir être Macron et Zemmour, Valérie Pécresse ne parle à personne" estime Aurore Bergé

Aurore Bergé, députée LREM des Yvelines et présidente déléguée du groupe LREM à l'Assemblée Nationale, était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio. Elle est notamment revenue sur le meeting de Valérie Pécresse au Zénith.

Valérie Pécresse
Aurore Bergé, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 14 février, dans "le petit déjeuner politique".

Convoi de la liberté, campagne des présidentielles, meeting de Valérie Pécresse, candidature d'Emmanuel Macron : Aurore Bergé a répondu aux questions de Patrick Roger.

Aurore Bergé : "À vouloir être Macron et Zemmour, Valérie Pécresse ne parle à personne"

Aurore Bergé a démarré dans la politique dans les rangs de la droite, dans le sillage de Valérie Pécresse avant de rejoindre Emmanuel Macron en 2017. Lors de son meeting au Zénith dimanche 13 février, Valérie Pécresse a affirmé notamment que le chef de l'État pousserait les Français à ne plus vivre ensemble mais à être face à face. "C'est étonnant qu'elle reprenne beaucoup de mots qui ne sont jamais les siens, tacle Aurore Bergé. Elle reprend les termes d'Éric Zemmour puisqu'elle s'approprie les termes de grand remplacement, qui est une théorie raciste. Voir la droite prétendument républicaine reprendre à son compte cette théorie m'interpelle et ça me conforte dans l'idée que j'ai bien fait de quitter cette droite-là. Je suis loin d'être la seule", affirme-t-elle.

"Elle a aussi repris les mots de Gérard Colomb, qui a dit quelque chose de plus complexe. La capacité qu'on a à avoir une cohésion nationale dans notre pays. Mais on ne l'a pas en reprenant à son compte des théories racistes", insiste la députée. Pour elle, "il ne faut jamais nier le réel, il faut l'affronter. Parler de grand remplacement, c'est reprendre les mots de théoriciens de l'extrême-droite. Au-delà de la question du meeting, à vouloir être et Emmanuel Macron et Éric Zemmour, elle ne parle à personne. Les électeurs de droite choisiront un autre bulletin de vote que celui de Valérie Pécresse. Ceux qui croient à une droite libérale, européenne, voteront pour Emmanuel Macron parce qu'ils sont convaincus par ce qu'on a fait depuis 5 ans".

 

"Emmanuel Macron est le meilleur candidat d'une droite centriste"

Sur la forme du discours de Valérie Pécresse, Aurore Bergé estime ne pas être là pour "distribuer entre les mauvais et très mauvais points". La candidate a été très critiquée dans la presse, mais "surtout dans son propre camp !" Si elle reconnaît que "Valérie Pécresse n'a pas réussi la forme, qui est un exercice compliqué, il ne faut pas que la forme fasse oublier le fond. Ce qui compte, c'est ce qu'elle a dit, qui sont les mots d'Éric Zemmour. On a du mal à comprendre qui est cette candidate, qui porte la vision des autres".

Aurore Bergé assume l'idée qu'Emmanuel Macron est le meilleur candidat d'une droite centriste. "Pourquoi tant de personnalités de droite le rejoignent ? Pourquoi tant de Français et d'électeurs l'ont rejoint ? questionne la députée. Le pari d'Emmanuel Macron depuis 2016 est de dire que cette gauche sociale démocrate qui attendait des réformes pouvait enfin avoir un candidat. Et que cette droite libérale et européenne pouvait enfin avoir un candidat. Qu'on pouvait enfin se retrouver autour d'un projet collectif pour le pays".

Aurore Bergé dénonce aujourd'hui "cette déliquescence à gauche, cet éparpillement qui existe, qui s'abandonne aux bras des indigénistes comme Madame Taubira ou Monsieur Mélenchon". Mais également "cette course folle entre 3 candidats qui reprennent des thèses souverainistes et des théories racistes". Sur l'annonce de la candidature d'Emmanuel Macron ou de sa participation à des débats, "vous avez l'impression qu'il a évité le débat pendant 4 ans et demi ? interroge la députée. Quel autre président de la République a eu un dialogue aussi direct et franc avec les Français que lui ? Il a tout sauf peur du débat !" Pour elle, "1 mois de campagne est suffisant pour les Français !"

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"