single.php

"Parlons Vrai chez Bourdin" : "Les banques françaises se portent globalement bien"

Par Aurélie Giraud

Banques françaises : Société Générale, BNP Paribas et Crédit Agricole dévissent en bourse, faut-il s’inquiéter ? Christian de Boissieu, vice-président du Cercle des économistes, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 20 mars dans "Parlons Vrai chez Bourdin".

Parlons Vrai chez Bourdin du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Les cours de la Société Générale (-7.38%), BNP Paribas (-6.54%) et du Crédit Agricole (-3.64%) sont en forte baisse lundi 20 mars au matin.

"Parlons Vrai chez Bourdin" : "Tout ça se déroule dans un contexte de finance mondiale inflammable"

L'action du géant bancaire suisse UBS chute de 8,77% dans les premiers échanges lundi 20 mars, à 15,61 francs suisses après le rachat sous la pression des autorités suisses de sa rivale Crédit Suisse pour éviter son naufrage. De son côté, l'action de Crédit Suisse chute en-dessous du prix de l'offre d'UBS, s'effondrant de 63,70% à 0,6752 franc suisse alors qu'UBS a accepté dimanche de débourser 3 milliards de francs pour la reprendre, soit 0,76 franc.

"Tout ça se déroule dans un contexte de finance fragile, ce que j’ai appelé une finance mondiale inflammable", rappelle Christian de Boissieu. "Suite à la faillite de la banque californienne SVB, il y a 10 jours, il y a des effets de contagion au plan mondial parce que les marchés financiers sont interconnectés. Et puis, rajoutons une 2e raison, c’est qu’avant ces événements qui ont commencé il y a une dizaine de jours, les Bourses avaient quand même battu des records de hausse. Vous vous souvenez, on faisait cocorico il y a 2 semaines ou 3 semaines quand le CAC 40 avait battu son record".

"Quand trop c’est trop, une petite allumette suffit à créer une crise de confiance dans l’ensemble du système financier qui est interconnecté. Et donc je pense qu’il faudra quelques jours, il faudra aussi, j’allais dire des actions, en tout cas des concertations des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales au plan mondial pour que les marchés arrêtent cette petite déprime". 

"Je ne suis pas inquiet, les banques françaises se portent globalement bien"

"Globalement parlant, et même cas par cas, les banques françaises se portent globalement bien", rassure Christian de Boissieu. "Elles ont affiché une rentabilité record pour la plupart d’entre elles en 2022. Elles ont des fonds propres. C’est la conséquence d’un durcissement de la réglementation qui, depuis 15 ans, a obligé les banques à avoir plus de fonds propres. Elles ont des liquidités".

Christian de Boissieu cite ensuite son exemple personnel: "donc moi je suis client d’une banque moyenne indépendante et j’ai réfléchi mais pas longtemps. Je reste dans ma banque. Je n’ai pas de raison d’aller vers une grande banque. Il y a en plus la garantie des dépôts qui joue jusqu’à 100.000 euros par personne. Les marchés corrigent parce qu'il y a un sentiment de défiance à l’égard des banques en général, mais ce n’est pas nécessairement justifié au cas par cas. Moi je ne suis pas inquiet, je ne suis pas tout jeune, j’ai vécu pas mal de crises bancaires depuis 20 ou 30 ans".

"Je répète : les marchés avaient trop monté, donc l’occasion de cette correction, c’est l’onde de choc de la faillite de cette banque californienne et puis, le Crédit Suisse qui était fragile depuis des années. Ces événements ont accéléré la restructuration du Crédit Suisse et son rachat. Et puis, les marchés financiers ça monte et ça baisse, donc il faut accepter. On accepte plus facilement la hausse quand on est actionnaire que la baisse, mais il faut accepter", conclue Christian de Boissieu.

Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”

L'info en continu
10H
09H
08H
07H
05H
Revenir
au direct

À Suivre
/